• Nadge

jean-jacques : Etre fan est un trou dans la tête que l'on comble de la lumière d'un autre - Carine H

jean-jacques : Etre fan est un trou dans la tête que l'on comble de la lumière d'un autre - Carine Hazan

Auteur : Carine Hazan

HarperCollins France

Parution : Janvier 2021

Note : 3,5 / 5

230 pages

Résumé éditeur :

" Etre fan est un trou dans la tête que l'on comble de la lumière d'un autre. "

Enfant des Stones et de Bowie, elle n'aurait pas dû s'enticher d'un chanteur de variété française. Envers et contre tous, Goldman est resté l'idole de son adolescence, le frère, l'oncle, l'ami venu animer sa vie intérieure. Comme tous les fans, elle s'est sentie incomprise, possessive, torturée.

A bientôt quarante-quatre ans, l'âge où l'on s'accepte, l'âge où grandir n'est en théorie plus un concept, Carine H., scénariste parisienne fraîchement établie dans la cité phocéenne, s'est donné pour mission de rencontrer Jean-Jacques Goldman - son dieu intime - et de filmer cette quête. Car Marseille, ville rugueuse de son exil tardif, abrite, dit-on, son chanteur préféré. Et c'est pour elle providentiel.

De la Corniche au palais Longchamp, une traque burlesque, tendre et poétique qui, à défaut du vrai Jean-Jacques, mais à grand renfort de mauvais sosies et avec la perspicacité d'un Philip Marlowe, va conduire une femme à aller au bout de ses rêves.

Et qui sait si cette amoureuse du cinéma, qui voit dans chaque scène de sa vie un peu de James Ivory ou de Billy Wilder, ne finira pas par apprivoiser sa propre histoire...


A propos de l'autrice Diplômée d'HEC, Carine Hazan a d'abord travaillé dans la publicité avant de devenir scénariste. Elle est aussi réalisatrice de courts métrages et autrice pour la jeunesse. Son dernier album, La Petite Vague bleue, a paru chez Gallimard en 2020.

Avis lecteur :

Je ne suis généralement pas fan (sans - mauvais - jeu de mot) de livre sur des chanteurs ou des acteurs.

Mais là, je trouve l'accroche génial : on suit Carine dans sa vie, dans sa recherche d'elle même. Voici donc mon avis sur jean-jacques (en lettre "minuscules et rondes", comme le précise l'auteur).


Deux personnages dans ce roman : Carine, qui va se lancer dans un projet fou et Jean-Jacques Goldman, ou plutôt son image, son aura.

Qui ne connaît pas LE chanteur français qui a été longtemps la célébrité préférée des français, avec son look bien à lui, en simplicité, ses textes que je fredonne en permanence...

Pour certains, un chanteur kitch de variété français, pour moi, une partie de mon enfance et adolescence, en écoutant la radio en famille. Je suis donc ravie de découvrir le regard tendre d'une de ses fans sur ce chanteur populaire au grand cœur.

(Petite anecdote personnelle : je suis en train de rédiger ce post depuis maintenant presque deux heures : j'ai mis en même temps ma play-list JJG et forcément, je chatonne, je danse... et je n'avance pas dans mon avis!).


Carine donne une définition très personnelle d'un fan : "Figure Anonyme Nécessaire,... Fiction Amoureuse Nostalgique,... Fenêtre sur nos Ames Nues...". C'est étrange comme ce mot à une consonance négative.

Elle nous raconte sa passion adolescente puis le rejet, comme s'il était honteux d'aimer un chanteur dit populaire.

Elle nous explique comment elle a été "rééduquée", par ses proches, pour aimer de belles choses, comme le jazz.

Puis sa rechute, lors de son déménagement à Marseille (elle, la parisienne), où habite également JJG. Serait-ce une coïncidence? La voilà embarquée dans une folle aventure d'un film documentaire, telle une quête, elle va arpenter les rues, chercher des témoignages sur lui, sur elle... En l'absence du sujet principal, elle va devoir innover et ruser pour contourner ce manque.

Autre invitée surprise : Marseille

Elle est présente à chaque chapitre, elle est aimée et admirée pour ses paysages, elle est haïe pour sa saleté... la ville phocéenne est omniprésente.


J'adore également la couverture, légère, qui appelle à se plonger dans la Méditerranée ou dans la discographie (riche) de JJG.

D'ailleurs l'auteur distille des petits extraits de chansons au fil des pages, rendant hommage à la plume du chanteur.


Au final, c'est un personnage un peu étrange que l'on suit, mais assez attachant, qui réagit sur sa vie avec beaucoup d'autodérision, d'humour et de tendresse, avec un petit côté nostalgique très touchant.

Une interrogation sur soi, sous couvert de la recherche d'un chanteur. Ici Jean-Jacques Goldman n'est qu'un prétexte pour Carine pour se (re)trouver elle-même. Je m'attendais d'ailleurs à voir/lire plus sur JJG mais non, c'est plutôt bien dosé.

La plume est riche, l'auteur a de belles références. Petit bémol, j'ai parfois eu du mal à suivre le cheminement de Carine.

Au final, merci Carine d'être aller "jusqu'au bout de vos rêves".

Une chanson, c'est pourtant à la fois très petit et très grand, une mélodie fluette qu'on se fredonne pour se donner du courage, une histoire d'amour triste ou gaie qu'on se raconte pour raviver la chaleur du monde, un appel lancé vers le ciel comme une prière pour apaiser nos cœurs, l'émotion d'un instant mise en ondes.

Posts récents

Voir tout