top of page
  • Photo du rédacteurNadge

Meurtre en coulisse - Faith Martin

Meurtre en coulisse - Faith Martin

Auteur : Faith Martin

Harper Collins

Parution : Octobre 2021 (version poche)

Note : 4 / 5

279 pages


Résumé éditeur :

1960. Alors que la ville d’Oxford se prépare pour son premier concours de beauté au Old Swan Theatre, on déplore le décès d'une des candidates favorites. Un suicide ? ou l’élimination d’une concurrente gênante ? Dans cette atmosphère de compétition féroce, la liste des suspects est interminable. Pour mener l’enquête, pas le choix : il faut se fondre dans la masse. Et quand, à son grand embarras, la jeune policière Trudy Loveday se retrouve à jouer des coudes parmi les prétendantes à la couronne, elle découvre un monde où, en coulisse, tous les coups bas sont permis !

Entre mauvais tours, chantages et duperies, elle et le Dr Clement Ryder doivent boucler l'enquête au plus vite, avant que le prix ne devienne une course contre la mort…


Avis lecteur :

J'ai été intriguée par l'histoire : un possible drame (suicide ou meurtre, accidents suspects...) qui couve dans les coulisses d'un concours de beauté pour des produits alimentaires, dans la belle et calme ville d'Oxford. Cela promet d'être riche en rebondissements et je n'ai pas été déçue, moi qui suis adepte du cosy mystery!


Le 1er point positif est l'histoire, bien ficelée et assez addictive au final.

Même si j'ai réussi à discerner qui tirait les ficelles, j'ai été agréablement menée en bateau par la plume de l'auteure, qui créée volontairement des fausses pistes, même si elle distille des indices par moment.

Le cadre est soigné (un vieux théâtre), la défunte trop belle pour être totalement innocente et les suspects se comptent en nombre (elles sont nombreuses les candidates à Miss Miel, à cela s'ajoute les juges et tout le petit monde qui gravite autour du concours).

Mention spéciale pour les quelques passages où l'on voit les scènes par les yeux de l'assassin, qui donne ses sentiments. J'aime beaucoup cette mise en abyme de l'histoire, avec la douce précaution d'utiliser de mot neutre (on ne sait jamais si c'est un homme ou une femme).


Le 2ème point positif tient sur les personnages.

Le duo est parfait : une jeune agent de police et un vieux coroner.

Trudy est perspicace, quoique un peu naïve (et c'est ce qui l'a rend totalement attachante). Elle réussi à avoir l'accord de son chef pour être infiltrée dans le concours, au cœur même de l'enquête, pour aider une amie d'enfance. Elle se bat contre les idées machistes et cherche à prouver qu'elle a toute sa place au poste de police. Elle va sortir de sa zone de confort en devenant candidate (elle qui préfère le confort de ses chaussures de service aux hauts talons).

Le Dr Ryder a l'expérience, le flegme anglais et une touche de cynisme qui me va bien. Il a un secret qu'il tente de protéger. C'est un homme mystérieux, qui va soutenir sa jeune collègue lors de son infiltration en devenant lui-même juge du concours.

Deux opposés qui finalement sont complémentaires.


Je pense que l'auteure a une passion pour Oxford, car dans les descriptions, on s'y retrouve vraiment, que ce soit l'ambiance de années 60 ou la ville elle-même qui est ici sublimée.

Sa plume est agréable, réaliste et plutôt légère.


J'ai appris qu'il s'agissait d'une série, je vais poursuivre les aventures de ce duo attachant assez vite.

Les tomes se lisent sans difficulté dans le désordre (il me semble que celui-ci est le 3ème), je n'ai à aucun moment était perdue.


J'ai passé un excellent moment avec Loveday et Ryder. J'aime la fraicheur, l'enthousiasme et la spontanéité de cette jeune femme, qui est totalement complémentaire de l'expérience et de la rigueur du coroner.

Un cosy mystery, à l'ambiance so british, idéal en cette saison! A lire de préférence avec un bon thé.


Elle était beaucoup trop populaire et intimidante. Et je n'avais rien de spécial. Enfin, je n'étais pas capitaine de l'équipe de rugby ni rien.
La presse était capable de tout, comme d'inventer des histoires à dormir debout pour vendre plus de journaux. Il n'y avait qu'à voir la légende de la "malédiction du pharaon" échafaudée par les journalistes quand Howard Carter avait découvert la momie de Toutankhamon!
N'importe quel policier avec quelques années d'expérience vous le dira. Ce n'est pas comme dans les films ou les polars où tout est bien ficelé à la fin. La vraie vie est bien plus chaotique.

Comments


bottom of page