top of page
  • Photo du rédacteurClem

Une semaine avec lui - Monica Murphy

Une semaine avec lui

Monica Murphy

Éditeur : Milady (18/04/2014)


Résumé Editeur :

Fable travaille d'arrache-pied pour gagner son indépendance, tout en élevant son petit frère. Sa réputation de fille facile lui vaut d'enchaîner les aventures sans lendemain, ce qui arrange bien les affaires de Drew, le meilleur joueur de l'équipe de football de la fac. Alors qu'il s'apprête à passer une semaine dans sa famille au passé tourmenté, il lui propose, moyennant finance, d'incarner sa petite amie. Fable ne demande pas mieux que d'entrer dans la peau du personnage. Si seulement cette parenthèse pouvait s'éterniser…



Avis :

GrosseOP 2016. Une semaine avec lui de Monica Murphy est un livre que j'avais repéré depuis un moment, la grosse OP de l'été dernier a été l'occasion de sauter le pas. Un roman qui se lit très vite, qui est à la fois addictif et décevant. J'ai beaucoup apprécié les personnages de Drew et Fable mais je suis restée sur ma faim, notamment à cause de la fin très rapide de ce volume. Si j'avais remarqué qu'il existait d'autres romans de Monica Murphy avec des titres un peu similaires, je pensais qu'il s'agit d'histoires indépendantes; à priori non, il y a au moins un autre tome qui concerne Fable et Drew... Drew est un jeune homme très touchant, qui a traversé des épisodes difficiles et reste à distance des autres pour ne pas souffrir. Son grand secret est tout de même sacrément évident, pas de surprise dans cette romance. Fable n'a pas vécu que des évènements heureux non plus; l'un comme l'autre ne font pas passer leur bonheur en priorité. Fable vit pour son frère et Drew pour ne pas s'attacher. Entre eux l'attirance est évidente mais les termes de leur accord les empêchent de le voir ou de se l'avouer. Pour autant, leur relation ne fait pas trop précipitée ou irréelle, par contre j'ai trouvé dommage que l'auteur ne s'attarde pas plus sur leurs sentiments respectifs. A cela s'ajoute le personnage de la belle-mère qui a 11 ans de plus que Drew mais qui est la seule figure maternelle qu'il ait connu (soit il l'a connue très tard, soit elle a été belle-mère très tôt) et qui est complètement timbrée, un peu trop même, on rentre dans le stéréotype; et la fin trop rapide de ce tome qui font que je ressors de ma lecture pas tout à fait satisfaite. Je pense néanmoins lire la suite, en espérant trouver ce qu'il m'a manqué dans une semaine avec lui.

9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page