• Clem

Journal d'un enfant de lune - Joris Chamblain / Anne-Lise Nalin


Journal d'un enfant de lune

Auteur : Joris Chamblain

Illustration : Anne-Lise Nalin

Éditeur : Kennes Editions (11/10/2017)

Résumé éditeur :

Morgane a seize ans. Elle vient d'’emménager dans une nouvelle maison, avec ses parents et son petit frère. Tandis qu'’elle déballe ses cartons, elle retrouve un journal intime caché derrière un radiateur. C’'est celui de Maxime, un jeune homme de dix-sept ans, qui y raconte son étrange maladie qui l'’empêche de vivre à la lumière du jour. C’'est un enfant de la lune... Elle va le lire et vibrer à ses mots et n'’aura alors plus qu'’une seule idée en tête: retrouver la trace de Maxime pour lui rendre son journal oublié. Ses pas la conduiront bien plus loin qu'’elle n’'aurait pu l'’imaginer...

Avis :

Je remercie Babelio et les éditions Kenne de m’avoir permis de découvrir Le journal d’un enfant de lune grâce à la dernière opération masse critique.

C’est la couverture et le résumé qui ont attirés mon attention lors de la sélection et il s’avère que j’ai remarqué après coup (il n’y a pas très longtemps en fait) que Joris Chamblain a également écrit les carnets de Cerises ; du coup, par un fait même pas exprès, je me retrouve avec deux Joris Chamblain à découvrir parce que j’ai craqué sur les carnets de Cerise.

Bref, pour en revenir à Journal d’un enfant de lune ; c’est un très très beau livre, ça se voit rien qu’à la couverture d’ailleurs. Les illustrations sont superbes (du moins j’aime beaucoup) et il est vraiment très agréable à parcourir. En ce qui concerne l’histoire, j’ai été très touchée par le sujet abordé : les enfants atteints de Xéroderma piglentosum, cette maladie, plutôt méconnue, qui les empêche de sortir sans protection à la lumière du soleil car ils ne supportent pas les UV. J’ai ainsi appris que même certaines ampoules émettent ce genre de rayonnement, dans les lieux publics notamment (supermarchés…) et il est ainsi très compliqué pour ces enfants d’avoir une vie sociale.

Le récit est mené à deux voix : Morgane, une ado qui vient de déménagée et se retrouve coupées de ses amis et Maxime, un jeune homme atteint de Xéroderma, par le biais de son journal que Morgane a découvert derrière le radiateur de sa nouvelle chambre. À travers ce texte, Joris Chamblain évoque également les difficultés de l’adolescence, la relation avec les parents et surtout, la méchanceté gratuite des enfants. En effet, la réaction des camarades de classe de Maxime ne m’a malheureusement pas surprise ; la faute aux adultes sans doute aussi, qui n’ont pas su expliquer les choses, à l’effet de masse qui fait que tout le monde se ligue contre le plus faible, le plus « bizarre ». On ressent totalement l’impression de rejet de Maxime, de ne pas trouver sa place et surtout son impuissance à changer les choses, son impression d’être une gêne pour ses parents…

En groupe, on a tendance à juger ce que l’on ne connait pas, à le rejeter, surtout si on en a peur. En faisant cela, on ne se soucie pas du mal que l’on peut faire à la personne ainsi mis à l’écart et malheureusement les mots sont souvent bien plus dévastateurs que les actes.

A travers cette bande dessinée, on suit l’évolution de Morgane, que le journal de Maxime va totalement bouleverser. Elle passe d’un ado un peu rebelle et râleuse à une jeune fille plus responsable, qui constate à quelle point elle est privilégiée. Journal d’un enfant de lune amène clairement à faire réfléchir, tout comme Morgane j’ai été saisie par l’histoire de Maxime ; j’ai d’ailleurs fait quelques recherches sur le sujet.

Un très beau livre qui traite d’un sujet dont tout le monde devrait prendre connaissance, que je vous conseille absolument de découvrir.


23 vues0 commentaire