• Clem

Les fleurs du repentir - Tamara McKinley


Les fleurs du repentir

Auteur : Tamara McKinley

Éditeur : Archipoche (02/05/2018)

Résumé :

Cela fait cinq ans que Claire a quitté les terres hostiles et désolées du domaine australien où elle a grandi pour entreprendre une carrière vétérinaire à Sydney.

Lorsqu'elle accepte l'invitation de sa grand-tante Aurélia à une réunion de famille, elle est ramenée à son passé - elle qui était partie après une violente dispute avec les siens…

En renouant avec ses jeunes année, les rancœurs surgissent - autant de secrets prêts à faire surface…


Il en allait ainsi avec le passé: à peine s'avisait-on de l'invoquer qu'il refusait ensuite de se retrancher à nouveau dans l'ombre.

Avis :

Ma dernière rencontre avec Tamara McKinley m’avait charmée et permis de découvrir cette partie sauvage de l’Australie, tellement magnifique mais aussi cruelle qu'est l'Outback. J’ai, cette fois-ci, totalement adoré ma lecture, et je remercie les éditions de l’Archipel qui m’ont à nouveau emmenée un voyage dans l’Outback, à travers le regard de trois femmes sur différentes générations.

Les fleurs du repentir est une lecture prenante et totalement addictive, même si le roman peine un peu à démarrer. Une lenteur de mise en place nécessaire à la présentation des lieux et des personnages, qui cède rapidement le pas à une ambiance pressante, prenante. L’auteure ménage son suspens, passe d’une époque et d’un personnage à l’autre, au gré des réminiscences de chacun et de la découverte de la vérité pour la nouvelle génération. Par moment, j’ai été un peu agacée par tout ce mystère, ce secret de famille tellement difficile à révéler… je ne comprenais pas la nécessité d’en faire une montagne, je trouvais que cela faisait vraiment trop ; et puis je me suis dit « qu’est ce qui pourrait justifier un tel comportement ? ». Une seule réponse m’est venue à l’esprit et il s’avère que c’est bien la direction dans laquelle l’auteure nous amenait. Ce secret a donc bien une raison d’être et la difficulté à le révéler est surtout due à l’accumulation des non-dits et les jugements de l’époque.

Trois femmes, deux époques, trois histoire d’amour. Les fleurs du repentir se déroule principalement durant la seconde guerre mondiale et dans les années 60 ; une des choses qui m’a le plus surprise, est le langage employé dans les personnages : un langage à la fois soutenu et imagé, un peu différent du langage actuel, auquel on s’habitue très vite et qui donne une sorte de charme à la lecture. Tamara McKinley dresse le portrait de trois femmes : Ellie, sa tante Aurélia et sa fille aînée Claire et aborde également la destinée de la fille cadette d’Ellie, Leanne, et de sa mère, Alicia. Si j’ai adoré les 3 premiers personnages, j’ai détesté Leanne et Alicia qui, bien qu’ayant des qualités, m’ont surtout apparu comme jalouses et centrées sur elles-mêmes.

J’ai beaucoup aimé les va et viens passé/présent, nous permettant de découvrir le fameux secret de famille et en même temps que la vie actuelle d’Ellie (que l’on rencontre à 12 ans), Aurélia et Claire ; même si le gros de l’histoire se joue à l’époque de la 2nde GM.

Il est question d’une tombe, à l’écart dans le cimetière, dont personne ne parle jamais, il est question du père de Leanne et Claire dont le prénom est tu jusqu’au tout dernier instant ; il n’en faut pas plus au lecteur pour établir des suppositions, qui seront bien entendu mises à mal alors que l’histoire se révèle petit à petit. Une grosse part de mystère donc, pour un récit captivant dont on brûle de connaitre le dénouement, mais aussi des personnages forts et attachants et c’est, je pense, ce qui fait que j’ai particulièrement apprécié ce livre : les personnages ont su me parler, me séduire, m’émouvoir et me faire frémir ; j’ai été totalement immergée dans l’époque, le lieu et j’ai tourné les pages frénétiquement par avoir mes réponses !

Hormis la destinée de ces trois femmes extraordinaires, chacune à leur façon, l’auteure traite en toile de fond la désertion de l’Australie par les hommes partis à la guerre, les ravages de cette dernière et le courage des femmes, restées en arrière, qui travaillent pour nourrir la population et espère le retour des êtres aimés. C’est aussi une relation particulière à la nature et à l’outback, qui fait partie des personnages ; des valeurs simples, fortes et essentielles comme la famille, l’amitié, l’amour de son prochain. Les fleurs du repentir c’est une saga épique, une fresque familiale grandiose, surprenante et dépaysante. En en parlant, je crois bien que c’est un coup de cœur.

Se replonger dans le passé n'est jamais une partie de plaisir, même si je m'aperçois en vieillissant que je m'y complais de plus en plus.

29 vues0 commentaire