• Clem

Inaccessible - Jane Harvey-Berrick


Cœur itinérants - 2

Inaccessible

Auteur : Jane Harvey-Berrick

Éditeur : Collection Infinity (06/12/2017)

Résumé :

Combien de fois peut-on jouer avec ses sentiments ? Quand l'amour nous a démoli, doit-on lui donner une seconde chance ? À quel moment l'optimisme devient-il de la stupidité ?

Et que se passe-t-il quand l'homme qu'on aime ne cesse jamais de bouger et de voyager ? Doit-on se dire au revoir ou abandonner tout ce pour quoi on a travaillé et tout ce qu'on a connu jusqu'à maintenant ? Une fête foraine peut-elle devenir son chez-soi ?

Oh. Vous pensiez que j'avais les réponses ? Non, désolée. Pas de réponses, juste un bon nombre de questions et un cœur qui aimerait prendre le dessus sur mon cerveau.

Une personne peut-elle devenir un foyer ?


La barbe et les muscles ne m'empêchaient pas de voir l'enfant solitaire en lui. Peut-être que nous ne passions jamais outre la perte précoce de l'innocence.


Avis :

J’avais eu un coup de cœur pour le premier tome en tout début d’année, qui ne se terminait pas de la meilleure des façons pour les personnages. J’étais donc impatiente et pressée de lire ce deuxième volet et mes attentes étaient immenses ! Si j’ai moins aimé Inaccessible que Hors de portée, j’ai tout de même apprécié retrouver Kestrel et Aimee et connaitre la fin de leur histoire.

Ce qui m’a moins plus ici, c’est qu’il y a beaucoup de scènes de sexe et d’allusions sexuelles et il ne me semblait pas en avoir relevé autant dans le précédent tome ; parfois, ça prend un peu le pas sur le reste et c’est dommage.

J’ai pourtant retrouvé la magie (et il en est beaucoup question dans cœur itinérant) et les personnages explosifs qui m’avaient tant transportée. Tout reste plutôt cohérent au niveau des actions des protagonistes et l’évolution de leurs décisions est clairement murie, réfléchie et compréhensible. Aimee est toujours très sensée, consciente des difficultés matérielles, décidée à ne pas dépendre d’un homme (tout Kestrel soit-il) et à ne pas abandonner ses rêves, mais elle se rend compte que sans Kes son existence est vide. De son côté Kestrel a fait le même cheminement et prend sur lui pour faire des efforts en essayant de comprendre le point de vue d’Aimee.

J’ai adoré retrouver les joyeux lurons qui entourent le jeune-homme, cette famille si spéciale mais qui nous fait vraiment ressentir le bonheur d’être ensemble. Les joutes verbales que ce soit Aimee/Kes ou avec Tucker ou Zef sont tellement mordantes et donnent un rythme fou au récit. On est réellement transporté dans une bulle de bien-être, comme un petit cocon.

Pourtant, des difficultés il y en a : la famille, le regard et le jugement des autres, et les mauvaises surprises du passé. Au fil des pages, on voit la relation des deux jeune-gens se consolider et rejaillir sur leurs caractères : Kes, malgré sa peur constante de l’abandon, commence à laisser tomber sa carapace et agit comme un homme amoureux ; Aimee, quant à elle, saute dans le vide et abandonne la sécurité de ce qu’elle connait. Elle devient également, devant les obstacles, forte, combative et volontaire ; elle s’affirme petit à petit, tout en conservant son éternel optimisme et sa bonne humeur.

Pour moi, Jane Harvey-Berrick fait un sans-faute avec ses personnages : ils sont réalistes, attachants et tellement charismatiques. Ils se prennent le bec (beaucoup), mais ce qui transparait toujours, c’est l’attachement qui les lie.

On se laisse facilement porter par le quoditien de Kes et Aimee, les petits (grands) gestes qu’ils ont l’un envers l’autre, les taquineries quotidiennes et le monde qui les entoure en permanence. On apprécie d’ailleurs de découvrir (un peu) Zef et Tucker à travers leur famille ou compétences particulières. Et au moment où l’on pourrait commencer à se lasser de ce quotidien rythmée par les scènes de jambes en l’air, l’auteure nous scotche. Le récit prend une telle intensité qu’on ne peut plus lâcher le livre (je me suis d’ailleurs couchée un peu tard), on est emporté dans un tourbillon émotionnel plutôt intense et les personnages sont vraiment malmenés, poussés à bout.

Je reste volontairement vague pour ne pas dévoiler l’élément déclencheur mais Jane a su retranscrire les sentiments de manière très convaincante.

Les allusions régulières au passé et à l’importance qu’avaient pour Kes et Aimee ces quelques semaines d’été durant lesquelles ils étaient ensemble, aux moments partagés alors, accentue encore la beauté de leur relation. De plus, le petit chapitre bonus (tout à la fin), de leurs retrouvailles, pov Kestrel Donohue est juste parfait pour clôturer le roman.

Nous trouvons une note de l’auteure, qui renforce l’idée de magie, de volonté, de persévérance et de courage car ce qui arrive à nos héros dans Inaccessible est arrivé à une de ses amies. Ceci est un hommage, et il est très beau.

Je ne sais pas encore si je poursuivrai l’aventure Cœur itinérant en lisant les histoires de Zef et Tucker car mon coup de cœur est avant tout Kes/Aimee. Mais une chose est sûre, la fête foraine restera dans mon cœur qui est encore habité par la magie transmise par Jane.


8 vues0 commentaire