• Clem

Un coin d'azur pour deux - Emma Sternberg


Un coin d'azur pour deux

Auteur : Emma Sternberg

Éditeur : L'Archipel (09/05/2019)


Résumé :

"Un été à Capri ? Recrute assistante pour travaux de documentation et de lecture." Lorsqu'elle tombe sur cette annonce, Isa saute sur l'occasion. Qu'a-t-elle à perdre ? Alex l'a quittée et son nouveau job lui fait amèrement regretter la librairie où elle travaillait. A son arrivée en Italie, Isa découvre qu'elle a été engagée par la célèbre romancière Mitzi Hauptmann qui, à plus de 70 ans, a besoin d'aide pour rédiger ses mémoires. En écoutant Mitzi lui raconter sa vie dans sa superbe villa surplombant l'azur, la jeune femme comprend bien vite qu'elle est hantée par un regret. Il y a bien longtemps, elle a laissé filer l'amour de sa vie. Et s'il n'était pas trop tard ?


Passer un coup de fil ? Mais ce serait lâche, répond-elle d'un ton résolu, les yeux brillants. Il faut provoquer son bonheur si on veut le rencontrer.

Avis :

La couverture d’un coin d’azur pour deux n’est pas forcément de celles qui m’attirent en général (bien que très colorée) mais le résumé nous lançant sur les traces de l’amour perdu d’une écrivaine en pleine rédaction de ses mémoires m’a grandement tenté. Au final, même si l’intrigue est plutôt prévisible, j’ai beaucoup apprécié les personnages qui sont réellement très attachants, et la sensibilité avec laquelle l’auteure traite les différents sujets abordés. Avec ce périple à Capri, on apprend finalement à se trouver et à s'accepter. Le personnage d’Isa peut paraitre un peu trop rigide dans le sens où elle suit son chemin sans en dévier, perdue dans sa routine et emprisonnée par les règles qu’elle s’impose. Elle voit les autres avancer, changer, et elle, a l’impression de rester sur le bord de la route ; principalement parce qu’elle ne peut pas avoir d’enfant et que la nouvelle vie de ses amies, devenues mamans, lui parait inaccessible. Je me suis reconnue sur certains point en Isa, sa façon de se raccrocher au passé, cette nostalgie de ce qui était avant et qui n’est plus. Mais, au contraire d’elle, je me projette également dans l’avenir et profite de mon présent. Cette peur du changement et de l'inconnu m’a peut-être amené à me sentir proche de son personnage.

J’ai trouvé le début du récit, axé sur les sentiments d’Isa, particulièrement poignant ; on ressent toute sa tristesse, son désarroi et son impossibilité d’avancer. On en vient à souhaiter le malheur d'Alex et espérer que, comme elle, il soit encore en deuil de leur relation. Isa reste centrée sur ce qu’elle avait et qu’elle n’a plus, sur sa vie qui lui semble tellement désastreuse. Et puis…

Une petite annonce plus tard, la voilà propulsée dans l’inconnu, partant à l’aventure (en ayant quand même fait des repérages, il ne faut pas pousser) pour essayer de se reconstruire. On peut presque parler de destin avec Un coin d’Azur pour deux. Le fait qu’Isa ait vu la petite annonce, y ait répondu, ait été sélectionnée, et ait rencontré les bonnes personnes au bon moment nous fait penser que ce devait être comme ça et pas autrement. Changement de rythme donc, nous découvrons, à travers la plume d’Emma Sternberg, la jolie ville de Capri qui prend vie devant nos yeux, mais également des personnages forts sympathiques que ce soit Mitzi, l’écrivaine, Massimo, son jardinier ou encore Luca le beau policier.

Entre boissons italiennes, pâtisseries allemandes et paysages idylliques, nous sommes pris dans les souvenirs d’une vieille dame au caractère changeant, pour qui la vie n’a pas été simple. Et c’est là le point commun de nos personnages : une enfance atypique entre parents absents et directifs, à la recherche d’une figure maternelle et surtout de reconnaissance.

L’auteure nous offre un beau bain de soleil et de sentiments à travers son récit vraiment accrocheur. Elle nous fait découvrir d’autres cultures et nous prouve que les échanges inter-culturaux sont possibles à travers ses personnages qui sont tous très touchants ! Et, même si certaines choses vont un peu vite, qu’on en voit venir d’autres à des kilomètres, Emma Sternberg nous réserve tout de même quelques surprises ! Une très bonne lecture, à la fois légère (c’est tout de même proche du conte de fée) et sérieuse (on parle quand même stérilité, recherche de reconnaissance, accomplissement de soi…) qui donne le sourire et une furieuse envie d’aller faire un tour à Capri. Je regretterai toutefois la romance un peu trop évidente à mon goût mais qui, heureusement, n’est pas l’élément prépondérant du récit et, je dois l'avouer, m'a quand même bien séduite (j'aurai été déçue que ça ne se passe pas comme ça).

9 vues0 commentaire