• Clem

Run Away - Mathieu Guibé


Run Away

Auteur : Mathieu Guibé

Illustrateur : Sinath

Éditeur : Akata (24/10/2019)


Résumé :

Vicky, lycéenne lumineuse, envisage la rentrée scolaire avec beaucoup de bonne humeur. Elle va retrouver ses amies, et peut-être faire de nouvelles rencontres. Elle cultive même un intérêt hors-norme pour entretenir l'esprit de groupe de sa classe. Mais s'il y a une chose à laquelle elle ne s'attendait pas, c'était de se confronter à celui qu'on surnomme "le corbeau". Ce garçon isolé, violent, toujours cynique, est le premier qui réussit à ruiner ses efforts et à remettre en cause ses certitudes. Parfois, ne vaut-il pas mieux laisser fuir ceux qui le veulent ?

- Et puis merde, j'en ai marre d'essayer d'être parfaite. - Tu ne l'es pas. C'est plus facile une fois qu'on l'a admis.


Avis :

J’avais repéré Run Away avant sa sortie, alors que la maison d’édition en faisait la promotion. Les illustrations et le résumé m’avaient énormément plu et, en tant que petite adepte de Shôjo, je me suis dit qu’il fallait absolument que je le lise ! J’ai eu la chance de le remporter lors d'un concours organisé par l’auteur, au moment de sa sortie, mais ce n’est que maintenant que je m’y plonge…

Mes attentes étaient vraiment hautes, car le synopsis m’a vraiment parlé, et je me préparais par avance à la nostalgie de mes propres années lycées. J’ai beaucoup aimé ma lecture et les sujets abordés par Mathieu Guibé, sous couvert de la légèreté de la romance. Le côté club d’athlétisme / piste de course m’a plus fait penser à un établissement étranger que français, mais peut-être trouve-t-on la même chose dans certaines grandes villes françaises (ce n'était en tout cas pas le cas dans mon ancien lycée).

Le roman est court et addictif, si bien qu’il se dévore. Les personnages sont très attachants et nous surprennent à chaque fois que l’on en apprend un peu plus sur eux. Si je devais retenir un message de ma lecture, ce serait de ne pas se fier aux apparences, de ne pas juger à ce que l’on voit et croit comprendre.

Lance est celui que j’ai le plus apprécié, tellement à l’opposé de l’image que les autres ont de lui. Tellement humain et prévenant mais aussi tellement seul. Sa rencontre avec Vicky va changer sa vie et sa façon de voir les autres. Vicky m’a à la fois inspiré de l’agacement et de l’admiration : agacement pour ses réactions parfois un peu puériles (mais il est vrai qu’elle est toute jeune), sa façon, au départ, de juger; et admiration pour sa force de caractère, sa façon de s’affirmer sans tenir compte du regard des autres et, sur la fin, la maturité de ses réactions et ses paroles. C’est une jeune-fille inspirante, qui tente par tous les moyens d’intégrer tout le monde, et nous finissons par comprendre pourquoi. Sa meilleure amie, Lénia, est un phénomène ; elle aussi malmenée sentimentalement, elle se protège et ne s’attache pas facilement.

J’ai vraiment été surprise par la fin, et suis tombée, je pense, dans le piège de l’auteur. En même temps, je ne sais pas pourquoi, mais je m’attendais à une fin triste…

Enfin, les très jolis dessins de Sinath, nous immergent encore un peu plus dans cette ambiance manga et apportent un gros plus à l'objet livre.

Run Away c’est plein de mignonitude et d’amour, mais c’est aussi profond et ça traite de vrais sujets de société tels que le harcèlement scolaire ou le handicap.

Une très jolie lecture donc, qui m'a vraiment emballée sans pour autant me transporter; pour autant elle ne m'a pas non plus déçue, mais j'en attendais peut être un peu trop (ou autre chose).


Pourquoi dès qu'on se retrouve entre filles, il faut évoquer les garçons ? On se croirait dans un sitcom ou dans un mauvais shôjo. Sérieusement, on peut élever un peu le débat et sortir des clichés ?

Mais on ne protège rien en fuyant… On ne fait que passer à côté des choses importantes.

Lance, la vie est une course que tu ne peux ni fuir ni gagner, mais tu peux décider d'y participer ou non.

22 vues0 commentaire