• Clem

Accidental killers - Isabelle Lagarrigue

Accidental killers

Auteur : Isabelle Lagarrigue Editeur : LIBRINOVA (06/04/2022)

297 pages


Résumé :

« L'histoire dit que j'ai tué mon petit frère avec l'arme à feu de mon père, rangée dans le tiroir de son bureau, lorsque j'avais quatre ans. Je me souviens du bruit, du silence qui a suivi et des cris de ma mère. C'est comme un enchaînement : boum, silence, cris. À part ça, c'est le vide. »

L'année dernière, aux États-Unis, plus de 150 000 individus ont accidentellement ôté la vie à une ou plusieurs personnes. On les appelle les accidental killers. Je m'appelle Ava. J'ai 20 ans, je suis étudiante en psychologie et je veux comprendre comment les accidental killers arrivent à vivre avec un mort sur la conscience. J'ai besoin de savoir.


Chaque humain mène un combat intérieur dont le reste du monde ignore l'intensité.

Avis :

D'abord, il y a cette couverture. Et puis ce résumé, qui donne envie de tourner les pages. Enfin, il y a l'auteure. L'auteure et sa façon de manier les mots, d'analyser, de chercher à comprendre et de rendre ses personnages tellement vrais. A tel point que j'avais, parfois, l'impression d'une incursion dans ma propre boite crânienne.

Pour tout vous dire, je n'ai pas eu l'impression de lire ce roman, mais plutôt de le vivre. J'ai été frustrée de ne pas trouver assez de temps, et de devoir faire des pauses à chaque chapitre, au début de ma lecture. J'ai aimé le fait d'être surprise et de ne pas y trouver ce que mon esprit avait imaginé à la découverte du résumé, qu'Ava se dévoile petit à petit.

J'ai aimé découvrir tout un tas d'informations sur ces personnes que l'on nomme "accidental killer"; ces individus qui ont causé la mort d'un tiers, sans avoir l'intention de la donner, qui pourraient être nous ou quelqu'un de notre entourage. Car le roman d'Isabelle Lagarrigue est très bien documenté; elle y a même traduit des extraits de rapports existants (depuis l'anglais). Malgré cet aspect un peu académique, il n'y a aucune lourdeur, le texte est extrêmement fluide et les dialogues entrainants. J'ai aimé ces répliques qui fussent, ces personnages qui ne manquent pas de répartie et manient le sarcasme avec brio.

Il n'y a pas si longtemps, sur la route du retour de vacances, à la radio, un fait divers tournait en boucle : une jeune-fille avait accidentellement tué une promeneuse au cours d'une partie de chasse. Deux vies brisées, deux entourages dévastés. Les radios en ont parlé, les journaux en ont parlé. Et puis plus rien; le fait divers a été remplacé par un autre et plus personne n'a pensé à cette jeune-fille et à la façon dont elle allait pouvoir se relever, au traumatisme qu'elle avait subit. C'est à cette tâche que s'attelle Isabelle : comment faire pour continuer à vivre ? pour accepter ou dépasser ce trauma ? En France, il n'y a pas d'équivalence au terme "accidental killer", pas réellement de reconnaissance.

Isabelle Lagarrigue nous livre un roman plein de questionnements, de parcours de vie différents, d'amitié, d'entraide, de dépassement de soi et de recherche de résilience. Ce n'est pas un mode d'emploi pour parvenir au résultat que l'on souhaite atteindre, déjà parce qu'il n'y a pas de recette miracle, ensuite parce que chacun réagit différemment et doit inventer sa propre recette; mais on y trouve des conseils plein de bon sens (comme la règle des 5), beaucoup de bienveillance, de douceur et de soleil !

J'ai eu pour cette très belle histoire et ces personnages cabossés qui cachent bien leurs couleurs un coup au cœur.

10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout