top of page
  • Photo du rédacteurClem

Brocélia - Jean-Marc Dhainaut

Brocélia

Auteur : Jean-Marc Dhainaut

Editeur : TAURNADA ÉDITIONS (07/07/2022)

234 pages


Résumé :

Meghan Grayford, une jeune journaliste passionnée par l'exploration de lieux abandonnés, a localisé un vieux manoir dans la forêt de Brocéliande : ses occupants semblent avoir fui précipitamment… En se faufilant dans cette bâtisse isolée, Meghan ignore encore que son histoire n'est pas peuplée de magie et de fées, mais d'horreur et de sang… La nuit, quand tout est calme, le Manoir Brocélia se réveille… La nuit, quand tout est calme, les atrocités de son passé reprennent vie… La curiosité est un vilain défaut… Meghan aurait mieux fait de s'en souvenir…

Avis :

Lorsque les éditions Taurnada m'ont proposé de découvrir Brocélia j'étais assez partagée. D'un côté déjà beaucoup de lectures en attente et de l'autre, un résumé plutôt alléchant, mais surtout une coïncidence qui n'en était peut être pas une : j'avais justement prévu des vacances en Brocéliande cet été. Quoi de mieux que découvrir le roman de Jean-Marc Dhainaut immergée dans le cadre des évènements ?

Brocélia est, à priori, le dernier paru d'une longue lignée, mais celui par lequel je découvre la plume de l'auteur. Autant vous le dire, ce n'est pas du tout le genre de littérature que j'ai l'habitude de lire; Brocélia nous plonge dans une ambiance un peu horrifique, et nous avons l'impression de nous trouver au cœur d'un film d'épouvante. Genre dont je ne suis pas très friande car plutôt peureuse de nature. Pourtant, j'ai passé un excellent moment, entrainée par la pétillante Meghan et sa détermination sans faille.

Meghan est un personnage qui semble déjà avoir fait une apparition dans l'un des précédents romans de l'auteur. Elle est, ici, le personnage central de l'histoire, même si elle peut compter sur un entourage plus que qualifié entre son meilleur ami, capable de dénicher toutes les infos dont elle a besoin, et le couple Alan Lambin / Mina, qui parlera sûrement aux inconditionnels de l'auteur. En effet, Alan et Mina sont les personnages récurrents des autres romans de Jean-Marc Dhainaut; lui, spécialiste en phénomènes de hantises et elle, médium.

Dès le prologue, l'auteur met les choses dans leur contexte et avertit le lecteur où il va mettre les pieds. Ce prologue est noir, intriguant et nous donne indubitablement envie de connaitre l'histoire de ce manoir maudit, quels qu'en soient les risques.

L'univers de Brocélia est clairement scindé en deux : d'un côté nous avons un lieu un peu irréel, dans lequel se passe des choses inexplicables, et de l'autre, nous avons la vie normale avec le quotidien au journal qui emploie Meghan. Pourtant, peu à peu, les deux vont entrer en collision. J'ai trouvé que l'auteur avait une plus grande facilité à décrire le paranormal que la réalité. En effet, même si cela ne m'a pas gênée outre mesure, les réactions de Meghan ne sont pas toujours des plus spontanées et son collègue parisien est extrêmement caricatural; d'un côté on se demande réellement ce qu'il apporte à l'intrigue.

Les phénomènes inexplicables sont, quant à eux, extrêmement bien retranscrits. Le lecteur visualise parfaitement les apparitions visuelles et sensorielles. A en avoir des frissons, voire les poils qui se dressent sur les bras. Par dessus tout, nous sommes tenus en haleine par l'envie de comprendre ce qu'il s'est réellement passé dans cette maison !

Brocélia est un véritable page turner qui allie sensationnel et histoire de famille. Les autochtones sont taiseux, inhospitaliers et refusent de parler des tragédies qui ont eu lieu il y a des années, mais que personne n'a oublié. L'atmosphère est pesante à souhait, imprévisible.

Brocélia happe le lecteur tout entier et certaines scènes sont vraiment glaçantes. La témérité de Meghan n'est pas toujours compréhensible, surtout lorsqu'on comprend que quelque chose la suit, même en dehors du manoir. Personnellement, j'aurai pris mes jambes à mon cou depuis longtemps et j'étais d'ailleurs fébrile à chaque fois qu'elle décidait de revenir dans la vieille demeure.

Un livre qui fait très très bien son job et m'a surprise jusqu'au bout, lorsque nous avons enfin l'explication aux différents drames qui ont eu lieu au sein du manoir. Que l'on ait un esprit cartésien ou non, Brocélia est un excellent catalyseur de sensations fortes ! Sans être non plus extrêmement violent ou sanguinolent. Un peu à la manière de ces histoires qui font peur et qu'on se raconte au coin du feu.

Une lecture vraie bonne surprise, qui m'a donné envie de découvrir l'une des enquêtes d'Alan Lambin; pourquoi pas celle durant laquelle il fait la connaissance de Meghan.

10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Σχόλια


bottom of page