• Clem

Chuuut ! - Janine Boissard

Chuuut !

Auteur : Janine Boissard

Éditeur : Robert Laffont (07/03/2013) / Pocket (18/09/2014)

339 pages


Résumé :

Un beau château entouré de vignes, près de Cognac. C'est celui d'Edmond de Saint Junien, exploitant du "nectar des dieux". Devise de la famille : "On se tait, on se tient !" Quoi qu'il arrive. Et même lorsqu'il s'agit de Roselyne la fille aînée, "perdue", dont on est sans nouvelles depuis des années. L'arrivée au château de son fils, Nils, dix-huit ans, dont tous ignoraient l'existence, va faire exploser un lourd secret de famille et voler en éclats l'unité apparente des Saint Junien… 

" Entendre " le plus beau mot du monde qui ouvre la porte au mot " croire ".

Avis : 

Foire de livre 2017. Cela faisait un certain temps que ce livre dormait dans ma bibliothèque, et j'ai brusquement eu envie de l'en sortir. Sans spécialement relire le résumé (qui est en fait, peut être un brin trompeur).

Je l'ai dévoré ! J'ai beaucoup aimé la plume de Janine Boissard (que j'avais déjà lu il y a fort fort longtemps) et l'empire de Saint Junien qu'elle dépeint dans Chuuut ! Imaginez une famille un peu old school, une famille où honneur et prestige sont très importants, une famille riche et puissante, propriétaire d'une exploitation vinicole, et productrice de Cognac. Une famille où le grand-père règne en maitre sur ses enfants, installés au domaine, dans des dépendances, bâties à leur attention. Une famille qui vit en vase clos, mais dans laquelle on ne se parle pas; en tout cas pas des sujets qui fâchent. Une famille où les "chut" et les "attention" sont monnaie courante. C'est ce que l'on trouve chez les de Saint Junien.

A travers le regard de Fine, une des petite-fille, un brin naïve et idéaliste, nous allons découvrir cette famille pas banale, et ses membres très différents. J'ai beaucoup aimé sa façon de voir les choses et de les raconter, sa vision si juste sur les choses de la vie, son analyse, son rapport aux mots et sa timidité.

J'ai été touchée par la grande bonté et le dévouement d'Edmond, ce grand-père qu'on pourrait, au premier abord penser tyrannique. Par la douceur de Delphine, son épouse. Par les domestiques, considérés comme membre de la famille. Et, quelque part, par leurs enfants, restés au domaine, vivant les uns sur les autres mais se connaissant si mal.

La famille de Saint Junien va essuyer un drame. Un évènement, qui va les marquer et déchainer les "on dit". Tout ce qu'ils souhaitent pourtant éviter. Car, quoi de plus jubilatoire pour la "populace" que de voir une grande famille (que l'on jalouse, que l'on déteste un peu aussi, parfois) trainée dans la boue. 

Les petits enfants de Saint Junien, vont subir ce drame de plein fouet, en particulier Philippine, Fine et Nills. Nills, le petit-fils retrouvé, enfant de la fille perdue depuis si longtemps, dont l'enfance n'a pas été des plus heureuses et qui pensait enfin avoir droit à une part de bonheur. Philippine et Fine, cousines fusionnelles, qui se considèrent comme des jumelles et sont si complémentaires dans leurs différences. Philippine la rebelle, qui s'oppose à sa mère, ose tout et ne mâche pas ses mots mais ressent un grand manque d'affection. Fine la timide, qui cherche sa voie et apprend à s'accepter. Trois cousins pour découvrir ce qui est réellement arrivé ce jour là. Trois cousins unis envers et contre tout.

S'il n'y a pas réellement de surprise (quoi que) sur le déroulé du drame, on prend plaisir à observer les de Saint Junien évoluer, grandir, se retrouver. Le ton de Fine est léger, sans détour, chantant. Celui de Nills, qui lui donne la réplique, plus posé, moins rêveur; il n'ose espérer le meilleur ayant déjà vécu le pire.


Une histoire de famille, d'amour, de chagrin, de folie, d'abandon, de culpabilité, de "et si…" mais aussi de pardon et de renouveau. Une histoire de vie quoi.


12 vues0 commentaire