• Nadge

Crime à Black Dudley - Margery Allingham

Crime à Black Dudley - Margery Allingham

Auteur : Margery Allingham

Harper Collins

Parution : Février 2020

Note : 2/5

254 pages

Résumé éditeur :

Wyatt Petrie, jeune aristocrate, organise un weekend festif dans son château ancestral de Black Dudley. Mais alors que ses invités décident de rejouer un rite initiatique autour d'une dague dans le manoir plongé dans l'obscurité, l'un des participants est retrouvé mort.

Accident ? Assassinat ?

Les convives, dont un mystérieux jeune homme répondant au nom d'Albert Campion, tentent de faire la lumière sur cette étrange affaire. Et très vite, les invités comprennent qu'ils ne sont pas au bout de leurs peines. Il s'avère en effet beaucoup plus facile de se rendre à Black Dudley que d'en repartir...

Avis lecture :

J'ai découvert Margery Allingham et son personnage Albert Campion (dandy enquêteur dans le Londres bourgeois des années 1930) avec le roman Des fleurs pour la couronne. A la même période, Clém a reçu Crime à Black Dudley. J'ai eu envie de poursuivre la découverte de ce personnage tellement atypique.


Une fête entre amis, dans un manoir familial mais assez inquiétant, éclairé à la chandelle, en pleine campagne Anglaise, avec des jeunes bourgeois.

Un meurtre, déguisé en crise cardiaque, et des méchants qui retiennent les amis en otage.


Au 1er abord, c'est pour moi une déception. Comme je l'ai dit, je voulais découvrir un peu plus Albert Campion, et il est presque un personnage secondaire dans ce roman. Cela m'a particulièrement déstabilisé.

Il y apparaît un peu nié, et on se s'est pas vraiment qui il est au final (espion, enquêteur, benêt ou magicien...).

Si je mets de côté cette aspect là, j'ai été plutôt séduite par l'histoire initiale, qui est très prometteuse, avec cette vieille bâtisse pleine de passages secrets, une vieille légende de famille sous forme de rituel avec une dague mystérieuse et ce huis clos aux personnages intrigants et tous différents. Les méchants sont des mafieux, plutôt bien organisés.

Le personnage principal est donc un docteur, George Abbershaw, travaillant à l’occasion avec Scotland Yard...

Petit bémol : les femmes ont un rôle "secondaire" elles aussi, très à distance (petite nature devant être sauvées et/ou protégées, qui passent une partie du roman à pleurer).


Au final, là aussi je suis déçue par le fil rouge que j'ai trouvé un peu long, le crime arrive vite mais la suite est poussive. J'ai un peu lutté par moment pour continuer ma lecture. Les rebondissements en permettent pas de rester captiver. Même le dernier dans le chapitre final où l'on comprend la fin mot de l'histoire.

C'est un peu confus.


J'aurais du lire les romans dans l'ordre, j'aurais probablement plus apprécié celui-ci.

S'il a commis un meurtre, ne l'encouragez pas à recommencer, s'il est innocent, ne le tentez pas.

8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout