• Nadge

Detective Jack Yu investigation tome 2 : L'année du chien - Henry Chang

Détective Jack Yu investigation tome 2 : L'année du chien - Henry Chang

Auteur : Henry Chang

Filatures

Parution : Mars 2021

Note : 3 / 5

256 pages

Résumé éditeur :

Jack Yu est un des rares officiers de police d’origine asiatique au sein du NYPD. Il a été récemment promu et a rejoint le commissariat de la 9ème circonscription, au nord-est de Chinatown, qui couvre East Village, Loisaida, NoHo, Alphabet City et Tompkins Square. A priori, la 9ème n’est pas plus calme ni moins violente que Chinatown, mais au moins, Jack n’y est pas tiraillé entre appartenance ethnique et respect de la loi.


Pourtant, c’est bien Chinatown qui pulse dans ses veines et qui va l’aspirer de nouveau. Il ne peut rester indifférent à l’appel à l’aide des familles de victimes d’homicides d’origine chinoise qui se sentent si peu prises au sérieux par la police new-yorkaise. Suicides, passages à tabac, morts violentes, ou encore victimes de la cupidité des trafiquants d’êtres humains et des triades hong-kongaises qui règnent sur Chinatown : l’éventail est large et la tension forte pour Jack Yu…


The Wire version sino-américaine, une immersion en slow motion au cœur de Chinatown, des clandestins, des paris truqués, des circuits de contrebande et des gangs.

Avis lecteur :

Une plongée dans l’univers de Chinatown, en plein cœur de NYC, avec une palette de personnages représentatifs de ce quartier.

On y retrouve les gangs, les triades, le racket et les braquages, la prostitution, l’endettement des immigrés clandestins et le racisme pouvant aller jusqu’à l’homicide… une vision plutôt noire et violente.

Mais dès les 1ères pages, j’ai été captée par cette atmosphère sombre, effet accentué par une plume directe et fluide.

On commence avec Jack Yu, le flic d’origine chinoise, qui vient d’être promu à la 9ème circonscription. C’est le personnage central de l’histoire normalement puisqu’il est le héros de cette saga. Mais il ne prend pas toute la place et les autres personnages peuvent s’illustrer facilement.


Une galerie de personnage riche et varié : Lucky dit le Dailo qui est le boss d’un gang de chinois qui opère dans le petit banditisme (prostitution, drogue, et divers vols), Koo Jai qui est un de ses revendeurs mais qui essaye de le doubler, Sai Go le bookmaker qui est rongé par un cancer, Bo la coiffeuse immigrée qui lutte pour ne pas être obligée de se prostituer tout en envoyant de l’argent à sa mère restée au pays…

Ce n’est pas une histoire mais plusieurs histoires qui vont se croiser jusqu’au dénouement final (qui va être inéluctable), avec une montée en tension progressive. Les chapitres plutôt courts l’accentuent.

Ces différentes histoires permettent au lecteur de voir la face cachée de Chinatown, loin des images colorées imaginées par les touristes.

On s’attache à certains personnages (le duo Sai Go et Bo notamment), on essaye de comprendre ce qui se passe dans la tête des trafiquants. Rien n’est blanc, rien n’est noir.


J’ai également apprécié la mise en avant de New York, les descriptions des rues… j’avais l’impression de me promener dans la Grosse Pomme, de sentir les odeurs.


Petit bémol : beaucoup de mots en chinois, toujours suivis des traductions. Au début, j’ai trouvé cela très sympa, pour se mettre dans l’ambiance, mais au fil de la lecture, je me suis perdue dans tous ces mots… (à noter que je suis une totale néophyte de la culture chinoise, ce qui n’aide probablement pas).


C’est une série, ce roman est le tome 2.

En soi, ce n’est pas réellement gênant à la lecture, il y a quelques rappels de l’enquête du tome 1, sans donner plus de détails. Ce tome peut très bien se lire seul.


Malgré l’ambiance très violente, je pense que l’auteur rend un certain hommage à son quartier, qu’il connaît parfaitement. Une immersion totale, entre les bons côtés et les aspects les plus sombres, loin des clichés. Un polar noir et froid qui permet de découvrir l’univers de Chinatown dans les années 90’s.

Les Chinois disent que les petits sont plus intelligents parce que leur cerveau est plus proche du sol et qu'ils ont donc les pieds sur terre.

Posts récents

Voir tout