top of page
  • Photo du rédacteurClem

Diana racontée par elle-même - Andrew Morton

Diana racontée par elle-même

Auteur : Andrew Morton

Éditeur : ARCHIPOCHE (10/06/2021)

541 pages


Résumé :

Lorsque la première édition de cette biographie parut en 1992, le public ignorait à quel point la princesse de Galles s'était impliquée dans sa rédaction. Elle y révélait les détails de son mariage, sa boulimie, ses tentatives de suicide, l'existence de Camilla, ses relations difficiles avec les membres de la famille royale, mais aussi ses bonheurs de mère et son souhait d'une nouvelle vie, loin des photographes. Dans l'impossibilité de dire publiquement sa détresse, Diana ne pouvait à l'époque reconnaître que des entretiens avaient été menés en grand secret au palais de Kensington. Deux décennies après sa mort à Paris, le 31 août 1997, cette réédition augmentée inclut les propos exacts prononcés par Diana lors des séances d'enregistrement, ainsi que des passages presque inaudibles que de nouvelles techniques ont permis de décrypter. Ce livre compose ainsi l'autobiographie de celle qu'on dénommait la princesse du peuple . Le testament de l'une des personnalités les plus charismatiques de notre temps.


Avis :

Si j'étais trop jeune, à l'époque de la mort de Diana, pour m'intéresser à la monarchie outre atlantique, je ne garde pas moins le souvenir de la vague médiatique qu'a engendré son accident et j'ai dû, dans les Paris Match de ma grand-mère, lire plus d'un article sur le sujet. Diana, Lady Di, pour moi plus une légende qu'une personne réelle, une femme exemplaire dont je ne connaissais, en somme, que le nom et ce qu'il véhicule.

C'est donc avec une grande curiosité que j'ai découvert cette biographie non officielle, qui fit grand bruit lors de sa publication originelle, sous forme d'épisodes dans un journal, en 1993. Biographie qui a dû être mainte fois rééditée depuis. Cette version là, comporte des photos de l'adolescence de Diana et de différents évènements auxquels elle a participé en tant que Princesse de Galles; elle évoque aussi la période de 1993 à la mort de la princesse (en 1997) et l'après, notamment à travers les actions de ses fils.

Elle se découpe en trois parties :

La première partie est un préambule d'Andrew Morton, le journaliste qui est à l'origine de la biographie de Diana. Il nous explique le contexte dans lequel la princesse s'est confiée, via un intermédiaire, pour parler d'elle, de sa maladie, de la façon dont elle conçoit les choses et de la difficulté de devenir une princesse, notamment lorsque personne ne nous soutient. Cette première partie est déjà très émouvante, on y perçoit toute la détresse qui habitait Diana, et la solitude qui était la sienne.

La seconde partie est une retranscription mot pour mot (les rajouts et précisions sont identifiés entre []) des enregistrements des confessions de la princesse. A première vue tout semble assez décousu, mais c'est également poignant car ce sont ses mots, c'est raconté simplement, avec le cœur.

La troisième et dernière partie, est une adaptation détaillée de la seconde partie, découpée en plusieurs chapitres. Cela est présenté avec plus de formes, et surtout de contexte, voire, parfois, un point de vue extérieur ou des détails sur la situation telle qu'elle était perçue de l'extérieur. Nous avons l'impression de redites, tout simplement parce que cette partie, qui est la biographie d'origine je suppose, est redondante avec la retranscription des enregistrements de Diana, desquels elle est issue. On trouve également des redites d'un chapitre à l'autre, voir parfois au sein d'un même chapitre. Est-ce dû aux rajouts qui ont été faits après 1993 ou est-ce volontaire, pour accentuer certains points ? Quoi qu'il en soit, cela est parfois un peu lourd.

Dans l'ensemble, c'est un récit très intéressant, qui me permet de découvrir en détail des évènements qui sont survenus alors que j'étais encore enfant. N'étant pas familière de la famille Royale et la l'aristocratie anglaise, j'avoue avoir parfois été un peu perdue entre les différentes personnalités, titres ou lieux cités. Entrevoir l'histoire de Diana, ce qu'elle a traversé dans son enfance puis, durant son mariage est passionnant. J'ai particulièrement apprécié les derniers chapitres; ceux qui nous montrent une princesse reprenant sa vie en mains, se libérant d'une famille Royale dans laquelle elle ne s'est jamais sentie acceptée, combattant ses démons. Pour autant, Andrew Morton n'en dresse pas un portrait tout rose, il a su saisir la complexité de cette femme, toute en contradiction et si mal aimée.

La grosseur du livre peut effrayer, néanmoins, la lecture en est agréable, révoltante par moment tant on saisit la détresse de la princesse et l'injustice qui la frappe. Bien sûr, on se demande souvent à quel point le récit est à charge contre le Prince Charles, il montre une princesse que l'on ne peut qu'aimer et un prince plutôt détestable, qui n'a jamais su la soutenir. Mais la partie rédigée par Morton semble être plutôt objective, ou tout du moins étayée par le témoignage de partisans de Diana.

Au delà de la femme, il parle aussi de la monarchie aux règles désuètes, de l'impact que Lady Di a pu avoir, de la nécessité de changement, accentué par un désaccord du peuple. Il parle du pouvoir de la presse, de l'acharnement que les journalistes ont pu déployer à l'encontre de la princesse, de la difficulté d'être jugé en permanence pour la façon dont on s'habille, ce que l'on fait ou dit, d'une maladie trop souvent tue - la boulimie - et il montre aussi l'amour immense que la princesse avait pour ses fils.

Cette biographie renforce l'admiration que je pouvais éprouver pour cette figure d'humanité.



Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page