• Clem

Don't fake your smile 2 - Kotomi Aoki

Don't fake your smile - 2

Auteur : Aoki Kotomi

Éditeur : Akata (04/06/2020)

180 pages


Résumé :

Malgré ce qu'elle essaie de faire croire à son entourage, Niji n'arrive pas à se remettre de son agression. Gaku, bien conscient de cela, essaie maladroitement de la soutenir. Mais son comportement ne s'avère pas toujours des plus pertinents. Inutilement jaloux de Hiyori, dont il ignore le secret, il pourrait aller jusqu'à remettre en cause son amitié. C'est dans ce contexte un peu tendu qu'un nouveau professeur fait son apparition au lycée...


Avis :

Ayant beaucoup apprécié le premier tome de Don’t fake your smile, j’ai continué sur ma lancée avec ce second opus (la série est en 9 tomes). Bizarrement, si on est bien dans la continuité, j’ai moins accroché sur cette suite.

Les personnages sont toujours aussi attachants et réalistes, on se retrouve réellement projeté dans nos années lycée. Niji et son entrain, Gaku et sa maladresse, Hiyori et sa capacité à comprendre les autres. Niji est de plus de en plus déstabilisée par son agression et a l'impression de devenir paranoïaque, de voir son agresseur (dont elle n'a pas distingué le visage) partout. Elle s'évertue à rassurer son entourage sur sa santé alors que sa façon d'être a radicalement changée. A cela s'ajoute le comportement ambigu de Gaku, qui souhaite la protéger mais ne sait pas comment se comporter avec celle qu'il pense être la petite amie de Hiyori. L'ambiance est électrique entre les deux garçons, particulièrement parce que Gaku n'arrive pas à exprimer ses sentiments et manque cruellement de confiance en lui. Il semble tout le temps à côté de la plaque, allant d'impairs en impairs dans sa tentative de réconforter Niji.

Un nouveau professeur très particulier fait son apparition dans ce volume. Il semble étrangement proche de ses élèves et a un comportement assez dérangeant. Faut-il se fier aux apparences ou est-ce simplement un professeur très investi ?

A travers ses dessins et son scénario, Kotomi dénonce certains comportements inappropriés et souvent minimisés : attouchements dans les transports en commun, baisers volés sans le consentement de la personne, non prise au sérieux d'un trauma vécu… et c'est une très bonne chose !