• Nadge

Entre mes doigts coule le sable - Sophie Tal Men

Entre mes doigts coule le sable - Sophie Tal Men

Auteur : Sophie Tal Men

Albin Michel

Parution : Mai 2017

Note : 3 / 5

298 pages

Résumé éditeur :

Pas facile de concilier médecine et vie privée quand on est internes à l’hôpital ! Marie-Lou, qui a quitté sa Savoie natale pour Brest, et Matthieu, le ténébreux surfeur, sont tombés amoureux au premier regard. Mais entre leurs stages en psychiatrie et en neurochirurgie, les nombreuses gardes à effectuer, les apéros au « Gobe-mouches » et les fêtes carabines, leur histoire d’amour n’est pas un long fleuve tranquille.

C’est plutôt la valse des sentiments… Surtout quand leurs proches deviennent leurs patients.


Matthieu parviendra-t-il à vaincre ses peurs et à laisser Marie-Lou entrer dans sa vie ? Marie-Lou apprendra-t-elle à laisser glisser le sable entre ses doigts ?


Avis lecture :

J'ai lu Les yeux couleur de pluie à la fin du confinement, presque par hasard (comme quoi, il fait plutôt bien les choses parfois).

J'ai bien aimé la plume de l'auteur et les personnages, sur fond d'histoire assez légère.

J'avais vraiment envie de découvrir ce 2ème tome (saga de 3 romans) et de savoir ce qui allait se passer dans la vie de Marie-Lou, dans sa carrière de futur médecin et dans sa vie privée, avec le troublant Matthieu (celui qui a les yeux couleur de pluie).


Me voilà donc repartie pour Brest.


Changement de services pour nos personnages et donc changement d'univers. Le monde médical est toujours bien présent, on voit que l'auteur sait de quoi elle parle (description des opérations très réalistes, sans être violente ou gore) et elle nous montre l'envers du décor, entre rire, joie et détresse en face de la mort.

Marie-Lou va découvrir la psychiatrie (et va y être confronté d'une double façon, tout en gardant son optimisme naturelle et sa fraîcheur) et Mathieu va partir en neuro avec Martigues (que l'on a déjà croisé dans le tome 1, et avec qui Matthieu a un léger passif, vis-à-vis de sa cousine Anna).

On alterne d'ailleurs sur les chapitres entre Marie-Lou et Mathieu, cette double narration donne un peu de rythme à l’histoire, tant ces deux personnages ont des caractères opposés et des façons de voire les choses qui peuvent paraître différentes.


J'aime la façon dont l'auteur présente la psychiatrie. On est bien loin de certains clichés, et elle nous rappelle que ces patients sont des "gens normaux" qui ont un jour vu leur vie basculer. Les médecins sont humains, et j'ai aimé ça : certains sont froids, d'autres un peu farfelus, mais ce n'est jamais des sur-hommes (ou sur-femmes). Ils ont leurs failles.

Il y a aussi un passage sur les ravages de l’alcoolisme, sans jugement. Sujet délicat à aborder, traité ici par l'auteur de façon sensible, au travers de plusieurs personnages et donc plusieurs angles de vues. Les deux personnages principaux vont d'ailleurs avoir à le gérer, chacun à leur façon.

Marie-Lou reste fidèle à elle-même, elle voit le bon côté des choses et veut aider tout le monde. Une vraie "Mère Théresa". Elle va aussi se révéler particulièrement forte, sous cette enveloppe de douceur.


On croit découvrir un peu plus Matthieu, mais en fait, il se révèle toujours aussi secret et insaisissable. Son histoire familiale notamment est au cœur de ce 2ème tome : sa mère d'un côté qui lutte toujours contre la maladie, avec l'aide de Marie-Lou (ce qui n'arrange pas les choses) et son père absent dont il est le portrait craché et qui lui écrit une lettre mystérieuse. Cet homme cache une grande blessure et une certaine sensibilité.


On y découvre aussi Josic, leur ami qui passe beaucoup de temps au Gobe-Mouches. Un personnage secondaire dans le tome 1, qui est un peu plus présent. Il m'a profondément touché, j'aurais aimé en savoir plus et j'espère qu'il sera tout aussi présent dans le tome 3.


Et on retrouve la Bretagne, toujours aussi belle et mystérieuse. Les descriptions des paysages sont vraiment intéressantes et font voyager.


L'histoire d'amour entre Marie-Lou et Matthieu m'agace un peu par moment, après la rencontre et la séduction dans le 1er tome, on est sur une phase "je t'aime moi non plus". J'ai l'impression qu'ils se cherchent, mais qu'ils n'osent tout simplement pas se dire les choses.

Un événement va pourtant bousculer les choses et leur faire ouvrir les yeux.


Une belle suite pour cette saga en terre bretonne! Une lecture tout en douceur, rapide et sans prise de tête, quoique un peu plus sombre que le tome 1 vu les sujets abordés. Un bon feel-good sans prétention mais assez addictif je dois bien l'admettre. Les personnages sont toujours aussi attachants.

Il me tarde de lire le tome 3, vu la fin de ce tome qui laisse quelques questions encore en suspens et un départ pleins d'incertitudes.

L'alcool est festif, l'alcool est mondain, l'alcool est solitaire. Qu'on le cache ou non, il ne console en rien. C'est soit un ennemi qui te veut du bien et te fait du mal, soit un ami qui te veut du mal et qui te fait du bien (cf Jacques Dutronc). Cette phrase n'est pas de moi mais je l'aime bien. Elle résume les forces contraires qui animent nos malades, le combat intérieur auquel ils doivent faire face.
Il n'a posé aucune question, sa curiosité s'arrête au malheur des autres. C'est un homme bienveillant.

#Brest #médecine #amour #psychiatrie #feelgood #Bretagne #famille #internat #addiction

9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout