top of page
  • Photo du rédacteurClem

In vino veritas - Magali Collet, Isabelle Villain

In vino veritas

Auteur : Magali Collet & Isabelle Villain Editeur : TAURNADA ÉDITIONS (11/05/2023)

252 pages

Résumé :

Lors d'un vernissage, une galeriste est assassinée. Secrets, mensonges et trahisons vont secouer la quiétude d'une petite commune en plein cœur du vignoble bordelais. Et lorsque deux frères se retrouvent après des années de séparation, la liberté de l'un va dépendre de la détermination de l'autre.


Avis :

Magali Collet et Isabelle Villain sont deux auteures que j'ai déjà lu et franchement appréciées; aussi, lorsqu'il m'a été proposé de découvrir leur quatre mains, je n'ai pas hésité une seule seconde.

Le prologue nous introduit deux frères, Mathias et Augustin, alors qu'ils sont enfants, à une période charnière de leur vie. Puis, nous sommes propulsés quelques (un peu plus d'une vingtaine) années plus tard, au moment où une galeriste est retrouvée assassinée. S'ensuit un jeu de piste, dans lequel les faits et gestes des invités au vernissage sont retracés, dans lequel nous découvrons ce qu'il est advenu des frères durant cette période, dans lequel l'un des frères va tout faire pour rassembler des preuves et libérer le second.

Le récit est prenant, le doute constant. Chaque personnage, sans aucune exception ment. Chaque personnage a quelque chose à cacher. Le lecteur ne peut imaginer ce qu'il se passe à l'abri des regards.

Dans In vino veritas, les auteures campent une famille de privilégiés pour laquelle le paraitre est primordial. Pour le patriarche, les sentiments ne sont pas faits pour être exprimés et il attend de ses fils et de sa femme, un comportement irréprochable, particulièrement en société. Tout acte pouvant entacher la réputation de la famille est à proscrire. En bref, le père est un gros c** et Magali et Isabelle dressent un portrait tout à fait réaliste de cet homme froid et insensible. Dans cette atmosphère rigide, les frères ont dû grandir et forger leur personnalité, sans toujours prendre les bonnes décisions.

Entre le gendarme zélé qui n'a jamais apprécié son supérieur, les vieilles rancœurs qui ressortent, les tendances violentes de la défunte, nous plongeons au cœur d'un bel imbroglio.

La fin était attendue (quelques indices semés au cours du récit m'avaient mis la puce à l'oreille) et je l'attendais autant que je la redoutais : pour moi c'était une conclusion assez évidente mais j'espérais que le personnage que je soupçonnais soit innocent. L'épilogue est parfait, bien que dérangeant; mais quelque part je suis un peu déçue que le vrai méchant de l'histoire ne soit pas puni…

Un roman efficace sur lequel je cogite encore quelques jours après sa lecture…

Comments


bottom of page