top of page
  • Photo du rédacteurAuré

L'ange et le violoncelle - Claire Renaud

L'ange et le violoncelle

Auteure: Claire Renaud

Editeur: Editions du Fleuve

190 pages


Résumé éditeur:


Joseph, cinquante ans, célibataire, travaille au service des objets trouvés de la gare de l'Est. Grand gaillard plutôt taiseux et renfermé, il voit dans ce métier original un avantage essentiel : être en contact avec des objets inanimé, plutôt qu'avec des gens. Un soir, tandis que Joseph fait la tournée des trains arrêtés au garage, il est attiré par des bruits inhabituels... et découvre sous un siège un bébé abandonné dans un couffin. Touché et déstabilisé, il se résout néanmoins à ramener le bébé chez lui. Juste pour une nuit. Le lendemain, après que sa collègue Adèle l'a aidé à le nourrir, il suit ses conseils et se rend à la Ddass. Mais à peine a-t-il passé les portes automatiques que l'émotion l'envahit. C'est une évidence : il ne peut pas laisser cet enfant ici.

Alors pour la première fois, une histoire entre dans la vie de Joseph.


Avis lecture:


Joseph est un être solitaire et bougon, homme d’âge mûr, il a été accusé d’un crime dans sa jeunesse, son grand air naïf et peut-être un peu benêt ont dû y jouer pour beaucoup. Accusé à tort, il finit par sortir rapidement de prison, déménage à Paris et se fait embaucher à la SNCF, aux objets trouvés. Les objets, cela lui va bien. Cela fait un moment qu’il n’a lus envie de communiquer avec d’autres êtres humains, quasiment aucun son ne sort de sa bouche et ils ne s’émeut plus de rien. Les émotions glissent sur lui sans jamais l’atteindre: qu’il se fasse engueuler car il n’a pas retrouver l’objet perdu auquel la personne était attachée ou, au contraire, que la personne soit soit en larme d’avoir retrouver un objet qui lui était cher, rien ne le touche! Sa carapace est devenue au fil des années, sa nouvelle prison, celle qu’il s’ait malgré lui, choisi.


Mais un jour, alors qu’il fait sa ronde dans les trains comme à son habitude, c’est un objet bien inhabituel qu’il y trouve, et pour cause: il s’agit d’un petit bébé! Une petite fille de 6 mois environ. Mais que va-t-il en faire? Il n’y connaît rien en bébé, lui! Et il sait peine s’occuper de lui, c’est pour dire. Mais cette bouille le fait craquer et il ne voit d’autres solutions que de la ramener chez lui pour la nuit en attendant que quelqu’un vienne la réclamer…


Les jours passent, puis les semaines… Joseph décide d’appeler son petit ange Gabrielle, comme son premier amour de jeunesse. Souvenirs Souvenirs. Et si cette enfant inespérée était la bouée de sauvetage de Joseph, sa façon de revenir à la vie tant qu’il en est encore temps?


Je suis tombée sous le charme complet de cette histoire: mignonne, bien écrite, attendrissante. Je me suis tellement identifiée à Joseph, et pourtant je vous rassure, je ne suis pas associable (enfin je crois). Mais je suis persuadée qu’un enfant peut changer une vie. Et ici, Joseph m’a fait tellement de peine, que de l’imaginer, de le ressentir enfin heureux, vivant pleinement pour lui et surtout pour « sa minuscule », c’est vraiment touchant. Alors bien sûr, il y a probablement des incohérences dans le récit, mais peu importe, on se laisse emporter et tourne les pages avec tendresse tout du long.


Je mettrais toutefois un petit bémol sur la fin du roman, je ne l’aurais pas imaginé comme ça et si c’était à refaire je m’arrêterais quelques pages avant mais chut!


"Lorsqu'il ouvre la porte de son appartement [...], il se sent bien, chez lui, à la maison. Il se dit que peut-être on a enfin trouvé son chez-soi quand on est heureux d'y ramener quelqu'un et que celui-ci s'y sent bien aussi."
29 vues0 commentaire

Comments


bottom of page