• Clem

L'Hôpital des Sorciers - Catherine Cuenca

L'Hôpital des Sorciers

Auteur : Catherine Cuenca Editeur : SCRINEO (08/10/2020)

350 pages

Résumé :

Saint-Antoine-en-Viennois, 1297. Poupées enterrées dans le cimetière, serviteurs qui disparaissent et tombes profanées… Depuis quelque temps, la Maison de l’Aumône fait face à d’étranges manifestations ! Lorsqu’Aymon de Montagne, Grand Maître des lieux, est accusé de sorcellerie, le jeune Gabin décide de mener l’enquête. Convaincu de l’innocence de son mentor, il tente de comprendre ce qui se trame dans l’ombre de l’hôpital… Il devra composer avec mademoiselle Sybille, la nièce d’Aymon, qui semble détester son oncle, et la jeune servante Ysabeau qui, malgré sa cécité, paraît au courant de bien des secrets… Et si un Mal insidieux rodait vraiment dans les entrailles de l’hôpital, comme les autorités semblent le croire ?


Avis :

J'ai découvert ce roman dans le cadre du Prix Roman CSE Arquus organisé au sein de mon entreprise. Un roman que je n'aurais probablement pas lu de moi même, et qui a été une agréable surprise.

Contrairement à ce que pourrait laisser penser le titre, il ne s'agit pas d'un roman fantastique; la sorcellerie évoquée ici, tendant plus de croyances et remèdes que de magie. Nous avons donc un récit ancrée dans une réalité passée, puisqu'il se déroule au XIIIe siècle, dans une sorte de huis clos au cœur de la Maison de l'Aumône. On y retrouve les différences de rangs entre nobles et désargentés, les querelles de religions entre différents ordres et la vie frugale que l'on pouvait avoir à l'époque : un potager, pas de chauffage autre que le feu de cheminée, une écriture à la plume et une médecine à base de décoctions.

L'auteure crée une atmosphère intrigante autour de son roman, en dévoilant des éléments sans trop en dévoiler; ainsi, on ne sait pas précisément ce que trouve le Grand Maître au début de l'intrigue, mais nous avons tout loisir de l'imaginer ! J'ai énormément apprécié le personnage de Gabin, ce jeune noble qui se retrouve amputé suite à une maladie. Délaissé par sa famille à cause de son infirmité, il voit son avenir totalement chamboulé mais s'accommode de sa situation (malgré le sentiment de trahison) et s'improvise enquêteur, mettant en pratique les enseignements de son parrain. Gabin est un fin observateur, qui arrive de se sortir de bien des situations. Ils nous entraine à sa suite dans sa découverte de la Maison de l'Aumône, qui semble parfois un brin effrayante, et l'on ne peut qu'admirer sa détermination et son astuce.

Les autres personnages sont nombreux, mais l'on ne s'attarde sur aucun en particulier. Les mésententes sont courantes et Catherine Cuenca nous fait douter de la perception que l'on peut avoir du Grand Maître, à travers le regarde de ses ennemis, ou tout du moins de personnes qui ont des raisons de lui en vouloir. Le récit est à la fois lent et plaisant; si les rebondissements ne sont pas légions, le mystère demeure tout de même et ce n'est que dans dans les derniers chapitres que nous pourrons reconstituer la chronologie des faits.

Sans être passionnant au point de ne pouvoir lâcher le livre, L'Hôpital des Sorciers est prenant et, l'air de rien, nous offre un aperçu réaliste des relations entre les habitants de la Maison de l'Aumône, religieux et serviteurs confondus, qui forment un grande famille.

Un très bon roman pour les plus jeunes, que j'ai pris plaisir à découvrir malgré mon âge et qui annonce, peut-être, une nouvelle enquête pour Gabin dans les dernières pages.

13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout