• Clem

L'Ouroboros d'argent - Ophélie Bruneau

L'Ouroboros d'argent

Auteur : Ophélie Bruneau

Éditeur : EDITIONS DU CHAT NOIR (01/06/2013)

268 pages

Résumé :

Axel est généreux. Axel est amoureux. Axel est trop gentil. Aujourd’hui, il doit traverser la France pour acheminer un héritage.

Célia est fière. Célia est implacable. Célia est un loup-garou. Aujourd’hui, secondée par deux jeunes de sa meute, elle doit retrouver l’objet responsable d’une vieille malédiction.

À la croisée des chemins, le piège se referme dans le Massif Central. Prête à tout pour mener à bien sa mission, Célia n’hésitera pas à détruire la vie d’Axel s’il le faut. Le jeune homme a de la résistance à revendre et des amis prêts à l’aider. Pourtant, cette fois, il pourrait bien finir broyé au nom de l’Ouroboros d’argent. L’artefact vaut-il seulement tous ces sacrifices ?


Avis :

Cela fait un petit moment que L'ouroboros d'argent attend sagement dans ma bibliothèque, et c'est à nouveau pour le challenge #Booklanta que je l'en ai sorti. Je pense qu'il pourra également compter pour le #Fantasycardschallenge avec la carte Hobbit, puisque les fées y sont à plusieurs reprise évoquées.

L'Ouroboros d'argent est un roman qui se lit relativement vite; peu épais, la plume d'Ophélie est plutôt prenante et, même si l'intrigue est assez simple, nous sommes facilement embarqués entre Cantal et Corrèze ! C'est d'ailleurs l'un des aspects sympa : les lieux évoqués me sont tous plus ou moins familiers.

Cette lecture m'a permis de me rappeler comme j'aime les histoire de garous ! Nous sommes ici dans une histoire de rivalité entre deux membres de différentes meutes, à laquelle se mêle de la sorcellerie. Le "gène" garou ne se transmet pas par morsure mais de naissance. Un garou peut être né de parents garous, de parent humains (il se révèle à l'adolescence) ou de parents loups. J'ai trouvé cette particularité plutôt originale, d'autant plus qu'il en résulte une hiérarchie plus ou moins consciente, et un certain dédain des garous "pure souche" pour les garous "nés d'humains".

Les personnages sont assez intéressants, en particulier Axel et Célia, chacun dans un extrême : lui serviable, très gentil, jamais un mot plus haut que l'autre, presque à subir les choses… sauf si l'on s'en prend à ceux qu'il aime; elle, autoritaire, à la limite de la méchanceté, prête à tout pour arriver à ses fins. Je vous avoue avoir eu envie de lui filer des tartes tant son acharnement semblait exagéré.

Le principe de croyance est plusieurs fois évoqué : croire au monde surnaturel à travers les garous, mais croire également à l'invisible, au petit peuple notamment. Ou comment un être par définition "imaginaire" ne croit pas lui-même à ce qu'il ne voit pas. J'avoue avoir été un peu déçue par ce côté, les fées étant évoquées à plusieurs reprises mais de manière plutôt succincte, sans que nous comprenions réellement quel est leur rôle d'une manière plus générale.

Quand des actes passés resurgissent et impactent de plein fouet le présent; chassé-croisé de personnalités, d'intérêts et d'apprentissages. J'ai beaucoup aimé découvrir les particularités de la ville de Soleil, le principe d'innocence énoncé par l'auteure et suivre la course mortelle à la poursuite de l'Ouroboros.

Un roman à la fois original par la manière dont il revisite le mythe du loup-garou et sobre. Je suis curieuse de découvrir d'autres écrits de l'auteure.