• Clem

La gouvernante - Caroline O'Donoghue

All our hidden gifts - 1

La gouvernante

Auteur : Caroline O'Donoghue

Éditeur : LA MARTINIÈRE JEUNESSE (14/05/2021)

453 pages

Résumé :

Maeve Chambers s’est toujours sentie médiocre et peine à trouver sa place au lycée. Un jour, pourtant, elle tombe sur un vieux jeu de tarot divinatoire et se révèle très douée pour faire parler les cartes. Ses lectures sont toujours d’une étonnante justesse et, soudain, tout le lycée s’intéresse à elle. Mais lors d’une séance avec son ancienne meilleure amie Lily, elle tire une carte inconnue – et terrifiante – et la rencontre tourne au psychodrame. Le lendemain, Lily disparaît sans laisser de trace. Rongée par la culpabilité, Maeve s’allie à deux autres élèves pour la retrouver : Roe, le frère de Lily, et Fiona, fascinée par la perspicacité de Maeve et persuadée que ses talents leur permettront de retrouver la jeune fille. La disparition de Lily est-elle vraiment liée à l’apparition de cette carte mystérieuse ? Maeve possède-t-elle réellement un don ou sa trop grande sensibilité lui joue-t-elle des tours ? Aux frontières du réel et du fantastique, une quête d'identité bouleversante portée par une voix d'une rare sensibilité.


- Nooon, je ne regrette rien, chantonne maman. "Je ne regrette rien"... Quelle phrase idiote. - Comment ça ? - ça arrive à tout le monde de causer du chagrin à quelqu'un, alors à moins de n'avoir vraiment pas de cœur ou d'empathie, il est normal d'éprouver du regret. L'important, c'est ensuite d'en tirer les leçon afin de mieux se comporter.

Avis :

C'est à l'occasion d'une masse critique privée que j'ai pu découvrir ce premier tome de All our hidden gifts. Une couverture plutôt envoutante, un résumé très intriguant; il ne m'en fallait pas plus, même si le côté fantastique me faisait un peu peur.

Le bémol de l'histoire, c'est que je n'avais pas intégré qu'il s'agissait d'un premier tome, mais finalement, la fin est assez satisfaisante pour s'arrêter là; même si, certaines questions restent en suspens.

Le début du roman est assez terre à terre. L'action se déroule en Irlande, dans un collège privé pour filles, fondé il y a des années par une sœur. Puis, d'abord légèrement à travers le jeu de tarot que Maeve découvre en effectuant une punition, nous basculons complètement dans le fantastique. Certaines choses sont au delà de l'entendement, et nous amènent à adapter notre perception de ce roman qui traite énormément de sujets, à travers un prisme imaginaire. Je pense que cet aspect peut clairement déranger certains lecteurs; pour ma part, s'il ne m'a pas empêchée d'apprécier ma lecture, la dimension paranormale du roman m'a tout de même fait légèrement tiquer.

J'ai beaucoup aimé le personnage de Maeve, cette adolescente qui se cherche, se compare sans arrêt à ses frères et sœurs et tente de trouver sa place auprès de ses pairs. La disparition de son ex-meilleure amie, qu'elle a quitté en des termes peu glorieux, va lui faire revoir sa façon d'appréhender les choses. De constamment en colère, incapable de gérer sa frustration, elle va découvrir le pouvoir des cristaux et de la magie, et comprendre que ce qu'elle recherchait en voulant se fondre dans la masse au collège n'est pas forcément ce qui compte. Oui, Maeve va changer du tout au tout entre le début et la fin du récit.

J'ai apprécié le côté vulgarisation du tarot, l'apprentissage de Maeve et la mise en avant des vertus des plantes et cristaux. J'ai apprécié voir Maeve évoluer, prendre conscience des liens qui l'unissent aux autres, prendre conscience de la personne qu'elle est et des talents qu'elle a, malgré l'image négative qu'elle a d'elle-même.

A travers Maeva, mais aussi Roe et Fiona, Caroline O'Donoghue aborde la difficulté que peuvent avoir les adolescents à trouver leur place, à s'accepter, mais aussi le harcèlement scolaire et la pression sociale. Manipulation, exploitation des failles des plus faibles, extrémisme, racisme, communauté LGBT… les thèmes évoqués sont nombreux. Peut-être trop ? Certains sont tout juste mentionnés, sans être approfondis, mais cela a le mérite de les mettre en lumière et peut-être, sensibiliser les plus jeunes lecteurs.

Ce qui fait le ciment du récit, c'est le trio d'adolescents qui se forme, un peu malgré eux, et qui, malgré les mensonges ou les omissions, reste fort; prêts à tout pour retrouver Lily, la disparue, mais aussi pour soutenir les autres dans les épreuves qu'ils traversent.

Et puis il y a la gouvernante… (après tout, c'est le titre de ce premier opus), cette carte de tarot qui n'existe pas, mais se manifeste parfois, sans que l'on sache pourquoi ni comment, aux femmes. Cette carte vengeresse, que l'on connait aussi sous d'autres noms, et dont les adolescents ignorent les intentions. Nous somme sans cesse dans une opposition du bien et du mal. Deux personnes, avec les mêmes prédispositions, peuvent choisir de faire le bien ou, au contraire, de faire le mal; et c'est le choix que va devoir faire Maeve, quand il est si facile de se tourner vers le mal, quand la magie ne donne rien sans rien.

Ici, il est question de liberté d'expression, il est question de pouvoir être qui l'on veut, il est question, aussi, de pardon et de regrets. La plume de l'auteure est étonnamment captivante; elle arrive à nous transmettre les sentiments de Maeve, ses doutes, avec une grande précision, et conserve une aura mystérieuse qui rend son récit prenant.

Une lecture qui évoque toutes les difficultés de l'adolescence, la cruauté dont les jeunes peuvent faire preuve les uns envers les autres, mais aussi la méchanceté, et l'intolérance qui demeure partout dans notre société. Une intolérance qui prend des allures d'autant plus insupportables lorsque les persécuteurs font figure de bons samaritains. Une lecture prenante, avec des personnages attachants dont l'intrigue n'aura pas su totalement me convaincre.