top of page
  • Photo du rédacteurClem

Le chant des voiles - Tiphs

Le chant des voiles

Auteur : Tiphs

Editeur : AUTO ÉDITÉ (21/05/2024)

532 pages

Résumé :

L’océan, Luka en a toujours rêvé.

Vivre libre et loin de la misère dans laquelle elle a grandi l’obsède. Peu importe qu’elle soit une femme, sa détermination est sans limites et elle compte bien prendre la mer.

Quand le capitaine de l’Endeavour l’intègre à son équipage en dépit des convenances, Luka semble toucher son rêve du doigt.

Mais passée l’euphorie du départ, la vie à bord se révèle impitoyable. Sous les ordres de l’intransigeant et mystérieux maître coq, Axel, Luka cherche à trouver sa place malgré le sexisme et la superstition légendaire des marins, alors que les véritables raisons de sa présence sur le navire lui échappent encore.

Bien déterminée à percer le secret de leur expédition, la jeune mousse découvre rapidement que sur l’Endeavour, rien n’est ce qu’il paraît être.


Avis :

J'ai découvert Tiphs grâce à son sublime coup de crayon et les couvertures qu'elle a réalisé pour les éditions Plume Blanche dès leurs débuts. Admirative de son travail, j'ai l'ai ensuite découverte en tant qu'autrice, avec Allunia, Elvira puis Le chant des voiles, que j'avais commencé à lire sur Wattpad. Lorsqu'elle a lancé la campagne Ulule alliant ses talents d'illustratrice et d'autrice pour financer la parution d'une édition Collector du chant des voiles l'évidence était là : participation les yeux fermés. Et quelle campagne ! Par son intermédiaire, j'ai également fait connaissance avec des filles (fan de Tiphs - et de Zam) qui déchirent. Une certitude est née : celle de faire une lecture commune du chant des voiles.

Lecture commune il y a eu, agrémentée des anecdotes de l'autrice de surcroît. Au delà de mes espérances donc. Et si nous en venions au vif du sujet me direz vous : qu'en est-il de ce roman ? Vu le laïus que je vous ai fait, vous pouvez vous douter que mes attentes étaient grandes. J'appréhendais d'autant plus cette lecture que les premiers retours que j'en avais eu confirmaient le côté sadique de l'autrice et m'incitaient à imaginer le pire. J'ai d'ailleurs fait plusieurs poses au cours de ma lecture, anticipant des passages que j'imaginais intenses émotionnellement. Je commencerais donc par rassurer les futurs lecteurs : certes Le chant des voiles est prenant, stressant, émouvant et beaucoup d'autres choses encore, mais sa fin est simplement parfaite. Le genre de fin qui n'est pas totalement une happy end au sens où on pourrait l'entendre, mais qui conclut à merveille tous les fils narratifs de l'histoire, laissant apercevoir le meilleur pour les personnages qui sont arrivés au bout 😂

J'ai trouvé tout ce qui fait, selon moi, un bon roman dans Le chant des voiles : des personnages nuancés, tiraillés entre leurs aspirations et les cartes que la vie leur a donné, des dialogues qui fonctionnent super bien, du girl power, des sensations fortes qui ont plus d'une fois manqué me faire chavirer.

Le récit de Tiphs est rythmé, on se laisse facilement transporter à bord de l'Endeavour dont on découvre l'agencement et les passagers. J'ai beaucoup aimé la contradiction constante au sujet de la condition féminine de Luka : elle prône l'égalité des sexes avec l'accès aux mêmes postes dans la marine pour les femmes mais elle est aussi traitée de manière privilégiée du fait de son sexe, avec l'attribution d'une cabine séparée par exemple. J'ai aussi aimé l'opposition entre la légalité et les hors-la-loi. En nous donnant la vision d'hommes peu fréquentables, Tiphs trace une ligne bien floue entre le bien et le mal. Tout n'est pas noir ou blanc, il y a une histoire derrière chaque personnage et chaque personnage a ses raisons de réclamer vengeance. Parfois, les propres désirs de l'un d'entre eux sont secondaires car, au delà de son accomplissement personnel, c'est quelque chose de plus grand qui est en jeu.

Le récit prend, par moment, des courants fantastiques, liés aux superstitions des marins. Sirènes, épée légendaire… la manière dont l'autrice traite le sujet est super intéressante. Au même titre que l'équipage, le lecteur est malmené par la houle, secoué par les vents marins et ne ressort pas indemne des multiples épreuves que Tiphs dresse sur le chemin de personnages qui deviennent, au fil des pages, chers à nos cœurs. Chacun dans ses imperfections. Bon, bien sûr, il y a aussi ceux pour lesquels, même en creusant, on ne trouve pas grand chose à sauver, ceux qu'on adore détester et qu'on a envie de balancer très fort par dessus bord. Pour moi, ces sentiments que font naitre les comportements des personnages sont une richesse, la preuve qu'ils sont réalistes.

Certains passages sont difficiles à appréhender (scènes de violence) mais, même si les descriptions de Tiphs sont très parlantes, elles restent accessibles. J'ai aimé la force de l'héroïne, le fait qu'elle soit précurseur pour d'autres jeune femmes et surtout qu'elle ne perde pas son objectif de vue. Même si cela lui est difficile, même si elle doit revoir certains de ses idéaux. Elle a toujours cette petite flamme qui brûle, le désir de réaliser son rêve et d'autant plus de mérite au vue de ce qu'elle a traversé.

La petite cerise sur le gâteau, ce sont ces quelques chapitres du point de vue d'Axel. Cette possibilité de comprendre ce qu'il y a derrière chacune de ses actions et de gommer encore un peu plus la ligne.

Je pense arriver au bout de cet avis qui est, évidemment, décousu ^^ mais c'est généralement le cas lorsque je parle d'un roman qui m'a remué les tripes 😉

コメント


bottom of page