top of page
  • Photo du rédacteurClem

Les pyromanes - Vincent Delareux

Les pyromanes

Auteur : Vincent Delareux

Editeur : L'ARCHIPEL (24/08/2023)

464 pages

Résumé : Dans un village reculé de Normandie, Thérèse Sommer attise les passions et dicte sa loi : à son mari qu’elle trompe, à sa mère qu’elle méprise, à ses amants qu’elle consume. Libre et indépendante, maîtresse de son petit monde, on ne lui connaît pas de rivale. Jusqu’à la naissance de sa fille. Enfant non désirée, Françoise grandit entre haine et maltraitance. Nuit et jour, elle implore le Ciel et les saints de la libérer de la tyrannie de sa mère. L’une d’elles est de trop. Françoise doit faire un choix : cultiver la flamme d’un cierge pour son salut ou allumer le brasier de la colère ?


Avis :

Ce livre m'a profondément choquée. Je l'ai à la fois adoré, dans son écriture, ses personnages, l'espoir qui perce, et j'ai honni l'inaction de tous, les yeux détournés, et pire, les médisances, l'attrait du sensationnel, les amalgames. La noirceur et la violence suintent à travers les lignes. La plupart des personnages sont mauvais, aigris ou tout simplement lâches. Ils subissent une vie qu'ils n'ont pas souvent choisie, rêvant de mieux, espérant mieux. Des bourreaux, on en trouve beaucoup ici, que ce soit le patron sans scrupules, le mari violent ou le père abusif. On en parle, parfois, mais personne ne fait rien. Peut-être l'époque qui veut ça. Qui accentue plus encore les images insoutenables. Jusqu'à ce que les victimes deviennent bourreaux et les bourreaux victimes. Jusqu'à ce que je reprenne un peu d'espoir, m'attachant plus que de raison à la petite Françoise. Jusqu'à ce que je doive mettre ma lecture en pause, le temps de digérer, d'assimiler, de me préparer à ce qui m'attend et que je n'anticipe absolument pas.

La petite Françoise survit comme elle peut, entre les maltraitances dont elle est victime et les déconvenues qui jalonnent son chemin. C'est une fillette très intelligente quoiqu'excessivement naïve et crédule. Elle voue une foi sans faille à Sainte Thérèse de Lisieux qui, comble de l'ironie, porte le même prénom que sa sorcière de mère. Vincent Delareux nous entraine dans le sillage de cette gamine qui se débat et espère, de piété en folie, d'amour en désespoir, dans un monde où l'histoire semble se répéter; il légitimerait presque, aux yeux du lecteur, le fait d'ôter la vie.

Sa plume est pour le moins fascinante, percutante, m'a laissé les larmes aux yeux durant l'avant-dernière partie du roman, le cœur en vrac, l'esprit en ébullition. Les pyromanes est un préambule au cas Victor Sommer, le premier roman de l'auteur, dans lequel on retrouve, apparemment, Françoise, 33 ans après.

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page