• Clem

Noces d'écailles - Anthelme Hauchecorne / Loïc Canavaggia

Noces d'écailles

Auteur : Anthelme Hauchecorne

Illustrateur : Loïc Canavaggia Éditeur : EDITIONS DU CHAT NOIR (01/04/2019)

96 pages


Résumé :

Octobre 1345, Comté de Bourgogne. Fuyant la colère du baron, Aymeric Jodelet, peintre et coureur de jupons, doit s'exiler de son village. L'artiste trouve refuge dans la forêt voisine, au mépris des superstitions. Selon les paysans, un monstre y rôderait : la Vouivre, dont les griffes déchireraient les intrus. Une fable, rien de plus ? À l'automne, les sentiers sylvestres mènent n'importe où. Parfois jusqu'à l'inconnu.


Avis :

Ce roman graphique dormait dans ma bibliothèque depuis un certain temps, puisqu'il date de la campagne participative. J'avais été séduite par la beauté de l'ouvrage et son synopsis fort intriguant.

Cette lecture m'a permis de découvrir la plume d'Anthelme Hauchecorne, dont j'avais déjà beaucoup entendu parler, et elle m'a totalement enchantée. Que ce soit à travers le visuel de l'œuvre, composée de superbes illustrations de Loïc Cavanaggia et d'extraits de documents aux accents d'époque (extrait de jugement, manuel, lettre…), ou le texte riche et imagé, Noce d'écailles invite à l'exil au cœur de cette sylve maudite.

Le narrateur, Aymeric de Jodelet, énumère ses aventures à travers un journal, qu'il adresse à sa fille Mathilde. C'est un personnage assez antipathique, porté sur la boisson, qui a quitté sa femme et sa fille en bas âge. Artiste déchu, il possède un talent qu'il va laisser s'exprimer durant son exil où lui vient l'inspiration, notamment en la personne de Gwybère. Nous sommes immergés à ses côtés dans cette forêt interdite au sein de laquelle il va vivre des instants hors du temps, entre rêve et réalité. S'il se laisse porter par la routine, le lecteur, quant à lui, est envouté par le récit, poussé par ces personnages déroutant, dérangeants parfois, à tourner les pages.

L'auteur revisite un mythe et nous propose, en fin de roman, le conte traditionnel de La Vouivre et le valet duquel il s'est inspiré.

Il est assez difficile de parler de Noces d'écailles sans trop en dévoiler, bien que l'intrigue soit, au final, assez prévisible, elle n'en reste pas moins passionnante, saisissante. Auteur et illustrateur ont réussi à créer un univers oppressant, qui nous propulse dans un autre temps, dans un autre monde, à travers des mots chantants et des images frappantes. Les pages sont peu nombreuses, mais nous avons pourtant une impression de densité.

Une très belle collaboration.