• Clem

Perfect World - Rie Aruga

Perfect World

Auteur : Rie Aruga

Éditeur : Akata (13/10/2016)

Résumé :

Tsugumi a 26 ans et travaille au sein d'une entreprise de design d'intérieur. Un soir, lors d'une soirée de travail, quelle est sa surprise de retrouver autour de la table Hayukawa, son amour de lycée ! Mais depuis la fin de leurs études, le jeune homme, impliqué dans un accident, est en fauteuil roulant. Certaine que jamais elle n'aura la force (et l'envie) de fréquenter un homme "au corps amoindri", la jeune femme va pourtant sentir quelque chose bouger en elle.


Avis :

Grâce à l'opération reste chez toi avec un manga lancée par Akata durant ce confinement, j'ai découvert le premier tome de Perfect World (que j'avais déjà repéré) et j'ai aussi lu, pour la première fois, un manga en ebook.

Deux choses sont à retenir de cette expérience : j'ai beaucoup aimé ma lecture et je compte continuer la série, mais je ne relirai certainement pas de manga en ebook car je n'ai pas trouvé cela agréable du tout (ou peut-être à tenter sur ma liseuse).

Avec Perfect World, la mangaka aborde le thème du handicap, et de l'amour avec un handicapé. Si c'est de la personnalité d'un individu dont nous tombons amoureux, il ne faut pas nier que la condition physique de l'être aimé à un impact sur notre vie. Ici, on découvre la vie au quotidien d'un jeune-homme touché à la moelle épinière, qui ne peut plus marcher suite à un accident.

Hayukawa est architecte dans un grand cabinet, car il a tout fait, malgré son accident, pour réaliser son rêve de lycéen. Tsugumi, quant à elle, s'est un peu oubliée en chemin. Très proche d'Hayukawa lorsqu'elle était jeune, elle n'a jamais osé lui avouer ses sentiments. Plusieurs années plus tard, alors qu'elle le rencontre par hasard, elle se rend compte qu'elle ne l'a pas oublié.

Perfect World est plus qu'une simple romance, un premier amour qu'on n'oublie pas. La mangaka expose les contraintes, les problèmes de santé, le regard que les autres portent… sur Hayukawa et son fauteuil. Ce dernier est admirable, toujours à se dépasser pour prouver sa valeur, pour dépasser ce handicap qu'il n'a toujours pas accepté. Tsugumi manque un peu de tempérament à mon goût, elle apparait comme la jeune ingénue qui n'a pas vraiment évolué depuis le lycée; j'espère qu'elle s'affirmera dans les prochains tomes.

Un manga qui m'a bien plu donc. Qui informe et permet (peut-être) de porter un autre regard sur les personnes handicapées. Avec un fond de romance, qui ne s'annonce pas simple du tout. Et pour couronner le tout, des illustrations que j'aime beaucoup


8 vues0 commentaire