• Nadge

#PLIB2021 Rouge - Pascaline Nolot

#PLIB2021 Rouge - Pascaline Nolot

Auteur : Pascaline Nolot

Gulf Stream Editeur

Parution : Avril 2020

Note : 4,5 / 5

312 pages

#ISBN9782354887858 #PLIB2021

Résumé éditeur :

Accroché au versant du mont Gris et cerné par Bois Sombre se trouve Malombre, hameau battu par les vents et la complainte des loups.

C'est là que survit Rouge, rejetée à cause d'une particularité physique. Rares sont ceux qui, comme le père François, éprouvent de la compassion à son égard. Car on raconte qu'il ne faut en aucun cas toucher la jeune fille sous peine de finir comme elle : marqué par le Mal.

Lorsque survient son premier sang, les villageois sont soulagés de la voir partir, conformément au pacte maudit qui pèse sur eux. Comme tant d'autres jeunes filles de Malombre avant elle, celle que tous surnomment la Cramoisie doit s'engager dans les bois afin d'y rejoindre l'inquiétante Grand-Mère.

Est-ce son salut ou bien un sort pire que la mort qui attend Rouge ?

Nul ne s'en préoccupe et nul ne le sait, car aucune bannie n'est jamais revenue...

Avis lecteur :

Et voici un des 5 finalistes du PLIB 2021.

Je ne vais pas mentir, il n'était pas dans ma sélection, malgré une couverture intrigante.

Ce roman sombre me faisait un peur, je l'admets, sur un des sujets qu'il aborde, et je suis donc sortie de ma zone de confort en le lisant (c'est là toute la magie du PLIB)...et je ne suis pas déçue.


C'est une adaptation du conte du petit Chaperon Rouge. Mais on va bien au delà du conte, à la limite de la cruauté, des croyances et de la méchanceté.

Je ne suis pas une addict des ré-écritures, et pour le coup, je crois qu'il s'agit là d'une histoire à part entière, seuls quelques références viennent rappeler le conte original (Rouge avec sa capeline, le chasseur, la grand-mère, les loups...).

Rouge est donc le personnage central, dès le début je l'ai trouvé attachante et j'avais envie de la protéger : elle est la bouc-émissaire des villageois de Malombre, qui font porter sur ses petites épaules les malheurs qui s'abattent sur eux. C'est une victime, mais dans l'écriture, il n'y a rien de pathétique.

Elle a sur le visage (et sur une partie du corps) des tâches de naissances rouges, d'où son nom (!). Pour les villageois, c'est le signe du démon, en lien avec les actes présumés de sa mère, et il ne faut surtout pas la toucher!

Elle va être leur souffre douleur, seul le gentil Liénor va au delà des apparences et accepte d'être l'ami de la jeune fille (même s'il ne la défend pas). Le Père François essaye aussi de la défendre.

Le village est victime d'une véritable malédiction : chaque jeune fille est condamnée à rejoindre, à ses 1ères règles, la Grand-Mère qui vit recluse au fond des bois (qui est un personnage intéressant). Le même sort attend Rouge.

Elle va alors se battre pour connaître la vérité, sa vérité. Rouge a un sacré tempérament, elle est probablement endurcie par toutes les brimades reçues. La colère est très présente, et chaque moment elle peut basculer dans la haine. Rouge est également une féministe avant l'heure.

Dans l'ensemble, les personnages sont tous très sombres, c'est plutôt rare. L'auteur décrit des superstitions, des esprits étriqués et aveuglés par leurs croyances, qu'il s'agisse des villageois ou des gens nobles de la ville.


Quelques touches de magie, par certains habitants des bois ou encore la psyché maléfique à travers laquelle Rouge va découvrir la vérité. Ce petit stratagème va permettre de faire des flash-backs, plutôt violents.


Ce roman est totalement addictif (je dirais que je l'ai dévoré, mais c'est probablement de mauvais gout vu la 1ère scène du roman....)!!

Avec de nombreuses péripéties, on va de révélations en révélations (et cette fin!!), le tout avec une plume fluide et bien dosée (jusque dans l'horreur).

On commence d'ailleurs avec une citation de Charles Perrault « Rien au monde, après l’espérance, n’est plus trompeur que l’apparence. » et après la lecture, je trouve que cette phrase résume bien ce texte.

Ne pas se fier aux apparences, c'est bien là la devise des contes, qui ici est poussée à l'extrême.

Une remarque sur le vocabulaire utilisé : il est assez "ancien" (sylve, vénusté...), ce qui donne un côté daté à l'histoire et qui permet une totalement immersion.


Petit plus : la couverture sombre, tout en nuance, est mise en valeur par cette couleur rouge sur les tranches!


Je conseille ce roman à des lecteurs avertis, certaines scènes peuvent heurter les plus sensibles.

Il traite des différences physiques et de l'exclusion qu'elles peuvent provoquer, voir même du harcèlement subi, des croyances, des superstitions et des limites de la religion, de la violence physique (et du viol)... il y a même un passage sur les changements climatiques!

C'est une excellent critique de la société, même si l'histoire semble se dérouler dans le passé moyenâgeux, les thèmes sont toujours d'actualité et chargés d'émotions fortes.

Un texte fort, engagé et une plume poétique, bouleversante qui portent une héroïne différente dans un univers très sombre. Une claque!

Le prêtre, beaucoup plus délicat, lui avait dit de na pas s'en faire pour cela, et que pour l'âme de la disparue se trouvait désormais dans les étoiles. Pourtant, tout le monde la prétendait hérétique et damnée. Alors Rouge s'interrogeait : est-ce que les étoiles brillaient jusqu'en Enfer?
Dans les villes, les campagnes, c'est pareil : l'oraison suffit à garantir l'absolution. Et il y en a même qui se rachète une conscience à coup de fouet, n'est-ce pas?... Mais moi, tu vois, je n'y crois pas. Moi, je SAIS que certains agissements sont injustifiables, et qu'aucune entité, aucun dieu digne de ce nom, jamais, ne s'abaisserait à les oublier ou les excuser.
27 vues0 commentaire