top of page
  • Photo du rédacteurClem

Quelque part au-dessus du ciel... - Ludivine Delaune

Quelque part au-dessus du ciel…

Auteur : Ludivine Delaune

Editeur : L'ARCHIPEL (12/10/2023)

300 pages

Résumé :

La paix. Voilà ce que chercher Victoire qui se bat contre une maladie invisible qui ronge son corps.

Journaliste indépendante, elle décide de quitter Paris pour un chalet perdu dans la forêt normande. Elle pourra ainsi s'isoler et faire le bilan de son existence. Elle doit savoir si elle souhaite continuer à se battre ou abandonner son combat contre l'endométriose qui prend, chaque jour, un peu plus le contrôle de sa vie. Son but ? Se retirer du monde, se recentrer sur l'essentiel et faire le bilan de son existence. Mais son plan ne prenait pas en compte Luce, son amie déjantée. Lorsque celle-ci vient passer un week-end chez Victoire, elle comprend que son amie a toujours l'idée de mettre fin à ses jours. Elle décide alors de payer un homme pour passer du temps avec Victoire, à l'insu de cette dernière. Un mensonge aussi bienveillant que destructeur.y Victoire parviendra-t-elle à percevoir quelques lueurs d'espoir, quelque part au-dessus du le ciel ?


Un jour, il faudra leur dire aux enfants que l'on fait grandir. Leur expliquer qu'il ne suffit pas d'aimer, mais de s'aimer soi, avant tout.

Avis :

Mais qu'est-ce que c'est que ces résumés qui racontent tout !! C'est la réflexion que je me fais à l'instant, alors que je viens de le relire. Je suis bien contente de ne pas l'avoir fait AVANT de découvrir le roman de Ludivine Delaune parce que je n'aurais certainement pas vécu ma lecture de la même manière.

Ce qu'il faut savoir, c'est que j'ai demandé ce livre parce que l'une de mes meilleures amie est atteinte du même mal que Victoire. Elle souffre mais ne se plaint jamais, elle ne parle pour ainsi dire presque jamais de sa maladie et se contente de serrer les dents en silence. Comme beaucoup, l'endométriose me parle sans que j'en conçoive l'entière gravité. C'est un livre, La mort est parfois préférable, qui m'a fait prendre conscience de l'intensité des douleurs qui y sont associées et, même si chaque endométriose est différente, j'ai voulu essayer de comprendre un peu mieux mon amie à travers les mots de Ludivine. Ludivine que je remercie pour son courage et son témoignage à travers le chemin que parcourt Victoire; elle porte à la fois un message d'espoir pour toutes les personnes qui sont touchées par une maladie invisible comme l'endométriose et elle informe les autres, leur permet d'envisager le combat monumental que mènent ces malades.

Lorsque j'ai commencé Quelque part au-dessus du ciel… je ne me rappelais pas du tout du sujet qu'il abordait (et comme je n'ai pas relu le résumé ça a véritablement été une surprise). J'ai donc découvert une très jolie plume, poétique et percutante, et un récit plein de sarcasme et d'humour. J'ai découvert un texte rythmé et un personnage touchant en la personne de Victoire. Puis, petit à petit, j'ai compris de quoi souffrait Victoire et la lecture a pris une autre dimension pour moi.

La narration choisie par l'autrice est originale; la plupart des chapitres débutent pas un texte en italique, reflet des pensées / souvenirs que Victoire couche sur le papier, confie à son précieux carnet qu'elle emporte partout. La plupart des chapitres se terminent par le mot, l'expression ou la phrase qui clôture le texte en italique et qui prend un nouveau sens dans le présent de Victoire. Et puis, plus tard, on retrouve l'ensemble de ses mots mis bout à bout. On ressent le souci du détail qu'a apporté l'autrice dans la construction de son texte. En fin de roman, on retrouve également l'intégralité du cahier de Victoire.

Quelque par au-dessus du ciel… c'est une histoire de maladie, de combat, mais c'est aussi et surtout un sublime exemple d'amitié. Une de celle qui dépasse tout. Le lien entre Luce et Victoire est tellement beau, tellement puissant. Et leurs échanges tellement tordants, un ping-pong d'amour vache à travers lequel on ressent tout leur attachement. Quelque part au-dessus du ciel... c'est également une magnifique leçon de résilience, le chemin de croix pour arriver à s'accepter malgré l'inacceptable. C'est tout l'important d'être entouré par des personnes sur qui on peut compter et qui nous tirent vers le haut, nous valorisent. C'est le parcours de vie d'une femme qui a été contrainte d'emprunter un autre chemin que celui qui semblait tracé. D'une femme au corps et à l'esprit lacéré. Mais malgré tout ça, ce n'est nullement larmoyant, au contraire.

Ludivine Delaune (enfin si vous n'avez pas lu le résumé ou que vous ne vous en rappelez pas) arrive aussi à nous surprendre quant au déroulement de son intrigue. Surprises qui nous font passer par plusieurs stades d'émotions.

Ce roman abordait un thème important pour moi et a totalement comblé mes attentes en la matière. Même si je ne pourrai jamais imaginer l'intensité des douleurs ou les difficultés à vivre au quotidien, il m'oblige à porter encore plus d'admiration que je ne le faisais déjà à toutes les personnes qui se battent et à une en particulier. Au delà de ça, je pense qu'il parlera à tout le monde. Il est touchant, sensible et drôle et ça fait un très bon combo.


Ce n'est pas le lieu qui fait une maison, ce sont ceux qui arrivent à se frayer un chemin vers votre âme. Qui comprennent sans juger, vous connaissent sans tenter de vous faire changer, vous réparent sans vous démolir à leur tour et parviennent à vous faire rire quand vous êtes triste.
En réalité c'est de solitude que je crève, d'incompréhension du corps médical, des regards condescendants de mes interlocuteurs quand j'emploie le mot endométriose profonde et antérieure. C'est tout ce qu'apporte une maladie invisible... les jugements, l'isolement, l'insensibilité. C'est ce qui me fait à chaque fois retomber.

Posts récents

Voir tout
bottom of page