• Clem

Tes notes pourpres - Angel Arekin

Tes notes pourpres

Auteur : Angel Arekin Éditeur : Black Ink Editions (17/02/2020)

386 pages


Résumé :

Depuis sa plus tendre enfance, Souline est bercée par le son du violon. Lorsqu'à l'adolescence, Evi l'entend jouer pour la toute première fois, il en tombe éperdument amoureux. Leur amour naît à Fersac, cette obscure école où règnent la terreur et la honte. Pour la sauver, Evi se sacrifie et la laisse partir. Ils se sont juré de se retrouver une fois dehors. Mais aucun d'eux ne peut tenir cette promesse. Quinze ans plus tard, Souline est devenue une grande violoniste. Alors qu'elle s'accorde quelques vacances sur les pentes enneigées des Pyrénées, elle tombe par hasard sur son premier amour. Foudroyée par ses souvenirs, elle cherche à tout prix à le revoir, mais Evi refuse. Loin de renoncer à lui, Souline tente de découvrir les secrets que cache la sombre cicatrice sur son visage et au-delà, les raisons pour lesquelles ils ne se sont jamais revus. Mais c'est sans compter l'entêtement incompréhensible d'Evi à chasser la jeune femme hors de son existence. Pourquoi tant d'obstination ? Parviendra-t-elle à le comprendre et à entrer de nouveau dans sa vie ?


Les êtres humains ne savent pas aimer, marmonné-je en pressant les doigts autour de mon mug. Ils font seulement semblant. Qu'on soit jeune ou adulte, on ne sait que se montrer cruel. On n'agit jamais que par égoïsme, pour une satisfaction personnelle de se sentir aimé, entouré, désiré. Ce n'est pas la définition de l'amour. C'est de la vanité.

Avis :

Je connaissais Angel Arekin avec sa saga Fantasy (Le Porteur de Mort) qui est absolument génialissime et j'ai eu l'occasion de la découvrir en romance avec The Missing Obsession, qui m'a sacrément perturbée mais dont je me suis régalée tant son écriture est magique.

Tes notes pourpres ne fait pas exception à la règle : on boit les mots de l'auteure qui semblent couler tous seuls, comme si des sentiments bruts se déversaient sur le papier. Car c'est exactement ce que j'ai ressenti, des sentiments tellement forts et tellement bien creusés, exprimés, qu'ils m'ont pris au cœur, et que j'ai fini en larmes. Tout est puissant dans l'écriture, mais tout est noir aussi; on se retrouve confronté à la morale, à la justice, et on a fortement envie de franchir la ligne.

La première scène qui m'a scotchée, c'est lorsque Souline revoir Evi, après 15 ans sans aucune nouvelle de sa part. Un déferlement d'émotions m'a saisie, si bien que j'avais l'impression d'être Souline et de ressentir son bouleversement. Je suis beaucoup moins adroite avec les mots que ne l'est Angel, et je vous avoue que cet avis est vraiment dur à écrire. Il est tellement difficile de transcrire ce qui m'a traversé durant la lecture et, surtout, de ne rien révéler de compromettant sur l'intrigue.

Ici, on touche du doigt l'amour, le vrai. L'amour qui transfigure, qui détruit tout sur son passage, l'amour passionnel mais également l'amour tragique. Et l'histoire de Souline et Evi a bien des allures de tragédie, comme Tristan et Yseult, qu'ils citent d'ailleurs.

Les chapitres sont alternativement du point de vue d'Evi et de Souline et, régulièrement, ils se terminent par des paragraphes en italique, échos du passés (commun ou non) des protagonistes. Systématiquement, le lien est fait avec le présent. Il est très important d'avoir la vision d'Evi, et de comprendre ce qui se passe dans sa tête car, chaque fois qu'une de ses décisions nous paraît infondée, Angel nous permet de comprendre que c'est totalement logique dans son esprit. Elle a un talent fou pour construire un esprit à la fois torturé et lucide sur lui-même. C'est ça qui est puissant : il n'est pas fou et totalement conscient de ses fêlures et de ses déviances. Un esprit qui pense mener la danse, mais qu'en est-il réellement ?

Evi entretient une relation tellement ambigüe et toxique avec un personnage de son passé que parfois, nous avons du mal à comprendre pourquoi il s'accroche à ce point. Ce personnage est admirablement bien décrit dans toute sa perversité et parfois, lorsque le masque tombe, nous en sommes stupéfiés.

Tes notes pourpres ça parle aussi de musique, omniprésente, elle lie Souline et Evi et est indispensable à leur vie. Un échappatoire, un moyen d'exister, de s'exprimer, de ressentir, de vivre. Tous deux lui portent la même passion. Ca parle aussi de vengeance, de justice, de maltraitance et d'impuissance; impuissance à se faire entendre, à être cru. Combien de fois ai-je été révoltée par ce que j'ai lu ?

Angel Arekin m'a doublement tuée à la fin (ou je l'ai doublement détestée au choix) : une première fois lorsque j'ai compris comment elle comptait terminer son roman. Une seconde fois à la lecture de l'épilogue, alors qu'elle a fait naitre de l'espoir en moi. J'ai été fortement perturbée par cette fin assez incertaine, qui laisse un peu libre cours à notre imagination; mais finalement, elle est parfaite.

Un roman puissant que je n'oublierai pas de sitôt.


Au fond, à quel moment trompe-t-on quelqu'un ? Lorsqu'on se déshabille ou lorsque nos sentiments sont d'ores et déjà aux côté d'un autre ? En réalité, je trompe sûrement Killian depuis le début de notre histoire, pas de la façon dont Théa le pense.

Je m'accroche seulement à un souvenir. Je pensais que nous en partagions la valeur, mais je dois admettre l'évidence : je suis désormais la seule à y être attachée.