top of page
  • Photo du rédacteurClem

The boy on fire - Emma Green

The boy on fire

Auteur : Emma Green Editeur : EDITIONS ADDICTIVES (07/04/2022)

486 pages

Résumé :

À 21 ans, Jagger l'éternel joueur n'a toujours pensé qu'à lui et à profiter de la vie. Mais aujourd'hui, il doit voler au secours de Kasper, son petit frère de 17 ans tombé dans une secte. Là-bas dans l'outback, au fin fond du désert australien, on ne joue pas, on ne sourit pas, et surtout on respecte les règles sous peine des pires châtiments. Car de cet endroit qu'on appelle Le Cercle, on ne revient pas.

Pour infiltrer cette communauté secrète et en sortir son frère, Jagger accepte d'épouser Nell, une fidèle disciple aussi fermée qu'indéchiffrable. Mais derrière ses yeux vairons troublants, la mystérieuse blonde se révèle moins douce et docile qu'elle n'y paraît. Et le fougueux Jagger, qui pensait ne jamais tomber amoureux, va devoir faire l'impossible choix : son frère ou l'amour ? Sa liberté ou le risque de tout perdre ?


Avis :

Il y a quelques mois, je m'étais passionnée pour The boy next room, l'histoire de Céleste, jeune française propulsée dans cette fratrie hors du commun, qui m'avait immédiatement conquise. J'avais, dès lors, décidé de découvrir The boy on fire, afin d'y retrouver Jagger et Kasper, deux des frères que j'avais beaucoup apprécié.

Le récit se déroule plusieurs années après The boy next room, et c'est vraiment chouette de savoir ce que sont devenus les Farrow ! Pourtant, nous ne sommes pas immédiatement mis au fait des évènements survenus dans le laps de temps écoulé entre les deux tomes. L'un d'entre eux, déterminant sur le comportement de Jagger et Kasper, bien qu'évoqué assez tôt, ne nous est clairement expliqué que bien plus tard. Et c'est peut-être dur à dire, mais s'il avait fallu faire un choix sur l'issue de cet épisode, je n'en aurais par souhaité d'autres, car c'est celui que, dès le départ, j'appréciais le moins…

Une grande partie de l'intrigue se déroule en vase clos, dans la secte infiltrée par Jagger pour en extraire Kasper. J'avoue que j'ai été assez désarçonnée par le comportement du petit dernier qui était joie de vivre et réflexion et se retrouve embrigadé dans un milieu misogyne et esclavagiste sans rien trouver à y redire… son vécu peut en partie expliquer son aveuglement mais il est un petit peu descendu dans mon estime…

Comme d'habitude, la plume des autrices est totalement addictive. Leurs personnages dégagent un fort charisme et sont extrêmement séduisants. Jagger est le grand vainqueur en terme de perfection : un bagou à toute épreuve, une aura lumineuse, un amour sans faille pour son petit frère pour lequel il est prêt à tout, un esprit protecteur et un comportement de gentleman. J'ai absolument tout aimé en Jagger, y compris son humour borderline. Au fil des chapitres, nous constatons son combat pour sauver son frère, ce but duquel il ne dévie pas malgré les rebuffades de Kasper et les complications amenées par Nell, qu'il cherche à garder à l'écart de ses affaires.

Nell a également une grande force de caractère et un objectif caché pour lequel elle est également prête à tout. La rencontre Jagger / Nell fait des étincelles; tantôt ennemis, tantôt alliés, tantôt un peu plus, ils vont s'apprivoiser et, sans dévier de leur mission première, tout faire pour protéger l'autre.

C'est un récit à la fois très dur et porteur d'espoir. Les violences y sont banalisées car les Bienheureux disciples du Saint sont soumis à des règles strictes, présentées comme les meilleures pour leur bien-être. Loin de toute technologie et de toute médecine, ils n'ont pas accès à l'électricité. Tout est organisé hiérarchiquement: autour du Saint, le conseil puis les gardes et les différentes "castes" de travailleurs identifiés par la couleur de leur vêtement. Les femmes, quant à elles, sont à part. Objets. Bonnes à la couture, à la lessive ou au repas. Et, bien sûr, à la reproduction. Et quel honneur d'être mariée et de procréer! Par là, Emma Green insiste sur l'importance du consentement et le libre-arbitre. Sur l'endoctrinement et les croyances que l'on peut implanter, dès l'enfance, dans la tête des gens. Les agissements du Saint Démon sont révoltants et, plus d'une fois, on craint le pire.

Mais les alliés sont parfois inattendus. Tout comme les amis ne sont pas toujours ceux que l'on croit. Et les autrices sont fortes pour mettre des bâtons dans les roues ! De plus, exfiltrer une secte n'est peut-être pas aussi évident que l'on pourrait croire au premier abord, surtout lorsque l'on découvre de nouveaux éléments toujours plus inquiétants.

Bref, Emma Green joue avec nos émotions, nous immergeant totalement dans cette communauté et dans le foyer de Jagger / Nell. J'ai particulièrement apprécié les échanges entre River (le héros de The boy next room et frère ainé de Jagger / Kasper) et Jagger, qui m'ont rappelés à quel point cette fratrie est spéciale et attachante.

Encore un sans faute malgré le sujet plus que délicat.


Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page