top of page
  • Photo du rédacteurClem

The end of Time - Mathieu Guibé

Elvira Time⁴

The end of Time

Auteur : Mathieu Guibé

Éditeur : EDITIONS DU CHAT NOIR (14/10/2020)

190 pages


Résumé :

Il y a des histoires qui finissent bien et d'autres qui commencent mal. Et puis il y a ma vie ou ce qu'il en reste. Les vampires, mon unique source de revenus, désertent la ville au pire moment possible : mon entrée dans la vie active. Diplôme en poche, je suis enfin libre de bosser dans la « dératisation », malheureusement pour moi, les nuisibles ont tous mystérieusement disparu ou portent un joli collier de toléré. Devoir zoner dans ma chambre sans savoir quoi faire aurait pu être un plan B tout à fait acceptable, si mon oncle n avait pas décidé de resurgir dans ma vie pour jouer les thérapeutes, avec dans sa valise, une fille adoptive bien gênante. Quand enfin les Canines se décident à pointer le bout de leurs dents, il y a comme un caillot dans l'artère : mes proies ne sont plus les mêmes ! Elles ont changé et ce ne sont pas des cas isolés : à l'échelle du pays, les vampires contre-attaquent. Plus que quiconque, j'ai des raisons de comprendre ce qui se passe et je suis la seule à pouvoir intervenir. Et croyez-moi, le monde n'est pas prêt à m'avoir pour héroïne. Je ne suis pas prête non plus…


Avis :

Troisième série terminée cette année avec le quatrième et dernier tome de la saga Elvira Time. Un tome que j'appréhendais un peu parce que la situation n'était pas des meilleures à la fin du précédent opus, et puis parce qu'on a toujours du mal à envisager la fin.

Que dire de ce dernier tome ? On y retrouve l'humour, les jeux de mots et les petites références rétro qui m'avaient séduites dans les précédents volets et une Elvira au plus bas. Miss Time n'est plus guidée que par sa haine du vampire et porte toujours aussi peu d'intérêt à ses congénères.

J'ai beaucoup aimé le côté déjanté qui ressort plus encore dans cet ultime histoire; les commentaires sarcastiques de l'héroïne, qui semble partager la narration de sa propre historie avec l'auteur, et les remarques du style " [...] l'emmenait au stand de tir depuis son plus jeune âge (ça ou l'auteur avait bien besoin de retomber sur ses pattes pour inclure une scène badass mettant à l'honneur le petit génie, mais chut, vous allez froisser sa créativité) ".

Le récit est centré sur Elvira et sa reconstruction (ou son explosion à voir). L'adolescente ne trouve de répit que dans la violence, toujours tuer plus de vampire, non pas pour sauver leurs victimes mais pour assouvir sa vengeance, noyer sa culpabilité dans le sang et arriver à accepter. Pourtant, Elvira s'est perdue en route, a construit ces certitudes sur des faits erronés et n'est parvenue qu'à se blesser d'avantage dans l'opération.

Toujours aussi grande gueule, elle fait souvent figure d'anti-héroïne et sa trop grande arrogance va lui revenir en pleine figure. Malgré tout, ses amis, tout étranges soient-ils, sont toujours là pour elle (quelles que soient leurs raisons). La petite bande loufoque reprend du service pour une mission vampirique pleine de dangers. Des personnages égaux à eux même, que l'on adore voir évoluer ensemble et se lancer des piques; mais aussi de nouveaux venus en la personne de Nate (Late comme le surnomme Elvira) et Olza Time (All that time… vous remarquerez à nouveau l'humour de l'auteur - ou de la famille Time à voir - ), respectivement oncle et cousine d'Elvira.

Une conclusion assez courte mais de qualité, et un épisode de dentiers vs zombis exclusif qui la clôture en beauté. La boucle est bouclée pour Elvira qui nous aura à la fois fait rire et pleurer et de laquelle nous retiendrons surtout que l'amitié y'a que ça de vrai car elle nous donne une très jolie leçon d'humilité; quel parcours chaotique pour atteindre le bonheur !

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page