• Clem

Happiness Palace - Blandine P. Martin

Happiness Palace

Auteur : Blandine P. Martin

Éditeur : Blandine P. Martin (25/07/2018) - réédition

Résumé :

Happiness Palace. Deux mots bien étranges, comme tombés du ciel. Amy, 26 ans, n'est plus que l'ombre d'elle même, victime d'un mari violent et spectatrice d'une vie déjà tracée. Alors qu'elle n'aspire plus qu'à quitter ce monde infâme, le destin semble lui tendre la main. Une seconde chance où l'entraide et la solidarité seraient maîtres mots. Un endroit pour les gens « comme elle », ceux dont la société se fiche, ceux qui n'ont plus rien, ni personne. Peut-elle encore faire confiance à qui que ce soit ? Partagée entre une peur viscérale de tomber et l'envie dévorante d'espérer, Amy devra trouver le chemin de la guérison. Le Happiness Palace lui ouvre ses portes.

Une seule rencontre peut tout changer. Ne cessez jamais d'espérer. Parce qu'un jour ou l'autre, les miracles arrivent. Pas parce que c'est écrit, ou parce qu'on nous le raconte depuis toujours dans les contes de fées. Non. Mais simplement parce qu'un beau matin, alors que vous penserez toucher le fond, le destin vous sourira. Un étranger croisera votre route, avec la seule intention de vous aider, là où la majorité passera son chemin. Ne cessez jamais d'espérer.

Avis :

Happiness Palace attendait sagement dans ma liseuse (ou j'ai une PAL de dingue) depuis presque un an lorsque Blandine, en tant que partenaire du blog, nous a proposé de découvrir sa nouvelle version. Un livre que je comptais lire dans tous les cas, mais le teasing qu'elle nous a fait pour annoncer cette réédition m'a fait tenter l'expérience Happiness Palace tout de suite maintenant. Qui dit peau neuve dit nouvelle couverture, et le petit ours en peluche tenant une pancarte colorée est devenu un couverture toute en douceur aux couleurs acidulées.

Happiness Palace a été une très belle découverte et surtout une lecture toute douce, traitant de sujets délicats et enchainant les réflexions plus que pertinentes sur le monde qui nous entoure (j'en ai d'ailleurs relevée certaines qui m'ont particulièrement parlé). Au delà de l'histoire elle-même, Blandine m'a donné envie de vivre au Happiness Palace (ou HP comme tout le monde l'appelle, même si j'avoue que j'ai eu un peu de mal au départ… Harry Potter quoi - mais le parallèle n'est peut être pas si bête puisqu'il y a comme de la magie dans l'air -). J'ai parfaitement réussi à me représenter ce petit lieu de paradis et l'ambiance si particulière, si pleine d'amour qui l'anime et j'avoue que j'ai vraiment vraiment eu envie d'y faire un tour !

Même si l'histoire est centrée autour d'Amy, notre héroïne malmenée par son mari violent, HP c'est une multitude de personnages : les occupants de la demeure et tous ceux qui gravitent autour d'eux, mais c'est aussi et surtout le lieu en lui-même ! Ce petit havre de paix où des âmes blessées ont su se reconstruire et tisser des liens si forts qu'ils sont pour la vie. Les habitant du HP sont tous exceptionnellement originaux ! Que ce soit Dennis, l'âme de la maison en quelque sorte, le boute en train, qui remonte le moral des troupes, malgré ses propres problèmes et qui est toujours là pour les autres (que je me suis trop représenté sous les trait de Dennis - justement - de Hartley cœurs à vif); Soko, cette jeune-fille pétillante et excentrique aux allures d'artiste ou June, Marcus et Nate, plus discrets mais animé du même esprit de fraternité et de soutien pour cette petite famille imposée qu'ils constituent les uns pour les autres. Quand à Zach, créateur du HP, le ticket d'or, sous ses airs de dom juan, il est tellement touchant, craquant, adorable… Bref, vous l'aurez compris, les personnages de Blandine comme leur lieu de vie ont su toucher mon cœur.

L'auteure nous présente des personnages très fouillés, travaillés, aux réactions cohérentes avec leur passé, qui évoluent à leur rythme et convainquent sans peine le lecteur. En lien avec la nature, l'immensité qui nous entoure, elle nous fait ressentir la futilité des tracas quotidiens, la nécessité d'avancer malgré tout, de se concentrer sur les bonnes choses et d'en profiter au maximum.

Ce livre est touchant, on s'y sent bien, on n'a pas envie de le refermer et de quitter cette famille dépareillée mais tellement parfaite qui est devenue la notre le temps de ces quelques pages. On a envie de partir encore en randonnée avec Amy, de savoir ce que chacun devient et de faire connaissance avec la petite nouvelle; ce cycle sans fin de la vie, au cours duquel tout le monde part et est remplacé par quelqu'un d'autre… mais au bout du compte, malgré la nostalgie, les liens du HP demeurent et le résultat est là: nous avons aidé une âme blessée à reprendre pied et s'envoler. C'est une ode à la vie tout simplement.

Une lecture que je vous conseille donc, pour son côté réconfortant, son côté battant, et la jolie plume de Blandine qui nous emporte dans ses descriptions tout comme dans ses dialogues (j'ai adoré le lien et les échanges Amy/Dennis/Zach). C'est assez paradoxal, parce que j'ai vraiment adoré ma lecture, mais au final, il m'aura tout de même manqué un petit quelque chose pour que ce soit parfait, est-ce le goût de pas assez ? ou cette impression de nostalgie qui s'empare de moi quand j'y resonge ?


Le système n'aidait personne, certainement pas ceux qui en avaient le plus besoin. C'était ainsi depuis toujours, et rien ne viendrait changer la donne.


.

Autant de générosité impliquait inévitablement beaucoup de méfiance. Dans le monde actuel où l'intérêt individuel primait, il devenait de plus en plus difficile de croire qu'un être humain puisse s'avérer bon envers les autres, désintéressé.

.

Nous nous contentâmes d'observer la nature faire son œuvre, jouant des couleurs comme un artiste l'aurait fait, usant de douceur et de plénitude, nous laissant témoin d'un sentiment de grandeur. Il n'y avait rien de plus vrai. Elle nous rappelait à l'ordre, nous faisant prendre conscience de la petitesse de notre existence, et de la poussière que nous représentions à ses côtés. Nous n'étions que les pions d'un échiquier d'une immensité incomparable, et n'avions d'autre dessein que de la servir au mieux. Elle nous remettait en place, nous et nos impératifs quotidiens superficiels et inutiles. Elle nous imposait de nous tenir debout, sur le bon chemin, prêt à affronter demain.
29 vues0 commentaire