top of page
  • Photo du rédacteurClem

Dans le miroir de Valeria - Elisabet Benavent


Dans le miroir de Valeria

Auteur : Elísabet Benavent

Éditeur : L'Archipel (16/10/2019)


Résumé :

Valeria vient de publier son nouveau roman.

Valeria craint la réaction de Lola, Carmen et Nerea, ses amies de toujours.

Valeria a plaqué Adrian pour Victor.

Lola ne sait plus sur quel pied danser.

Carmen fait la connaissance de sa future belle-mère.

Nerea se réveille chaque matin avec la nausée.

Valeria est toujours unique.

Comme toi !

Toujours complices et inséparables, Valeria et ses amies se racontent vraiment tout. Surtout leurs histoires de cœur…



Les meufs sont un peu connes mais ce n'est pas de leur faute. Le coupable, c'est le ciné, les contes de fées à la Disney. Et les romans à la noix qui finissent toujours avec un happy end.

Avis :

J’avais beaucoup apprécié le premier tome de la saga d’Elisabet Benavent, Dans les pas de Valeria, c’est donc avec plaisir, et une certaine impatience que je me suis plongée dans Dans le miroir de Valeria.

Pourtant, j’ai eu un peu de mal à m’y remettre, ne retrouvant pas l’esprit qui m’avait plu dans le premier opus puis, petit à petit, j’ai retrouvé la plume addictive d’Elisabet Benavent et j’ai suivi avec plaisir les déboires de nos quatre trentenaires.

Dans le miroir de Valeria porte bien son nom (Valeria se regarde beaucoup) et, je vous avoue m’être pas mal détachée de son personnage au fil du récit. Deux petites choses m’ont gêné : le sens des priorités de la jeune femme, qui fait passer son aventure avec Victor avant ses amies, et le "trop" de sexe. Car comme l’a très bien dit quelqu’un que je connais : trop de sexe tue le sexe ; d’autant plus que le mot "baise" qui revient un nombre incalculable de fois alourdit vraiment la chose.

Ce tome se consacre quasi exclusivement à Valeria et ses états d’âme, au détriment des autres personnages et, parfois, on a eu peu de mal à suivre ses raisonnements. Elle ne semble pas trop savoir ce qu’elle veut et heureusement que ses copines en or sont là ! Celles-ci ont vraiment bien pris le fait que Valeria dévoile leur intimité dans son bouquin, et j’ai vraiment apprécié les suivre. Elles traversent des épreuves qui m’ont semblé plus importantes que celles de Valeria dans ce volume, pourtant, elles gardent le moral en toute circonstance et soutiennent leur copine romancière du mieux qu’elles le peuvent. Leur relation est extrêmement forte et enviable, et la synergie qui existe entre cette bande de copine est vraiment le gros plus du roman. Elles évoluent toutes et travaillent sur elles, Lola avec son addiction à Sergio, Carmen avec sa terrifiante belle-mère et Nerea qui remet en question toute son éducation ! Cette dernière m’a vraiment surprise et j’ai adoré les passages qui lui étaient consacré : sa froideur calculatrice, le questionnement de ce qu’elle veut réellement… elle a fait du chemin !

J’ai également grandement apprécié la relation Barto/Carmen, parasitée par la mère du trentenaire qui ferait peur à plus d’une. L'alchimie entre les deux jeunes gens est vraiment sympa. Le franc parler de Lola apporte aussi une touche d’humour au récit ; j’adore son côté grande gueule qui ne mâche pas ses mots et j’ai aimé la voir se prendre en main sentimentalement parlant.

Valeria est également confrontée à des situations délicates : la réaction de sa famille à sa séparation, et surtout à sa nouvelle vie amoureuse, les relations avec Adrian, parfois houleuses et son indécision sur ce qui est le mieux pour elle. Sa peur viscérale de faire le mauvais choix et de le regretter par la suite. Je l’ai parfois trouvé un peu dure, que ce soit avec Adrian ou avec Victor ; mais Adrian, alors qu’il dit toujours l’aimer, est plutôt absent et ne tente pas grand-chose pour la retenir et Victor, malgré les gros efforts qu’il fait face à cette situation nouvelle pour lui, n’arrive pas à la rassurer. Pourtant Victor, c’est un peu LE gars parfait (n'en déplaise à Daniel), et même Valeria se plaît à se le répéter. En plus il a une mère super fun il faut l’avouer ^^

Dans le miroir de Valeria a toujours ce côté addictif, entre humour, situations gênantes, moments romantiques mais, le too much pour moi : sexe sexe sexe. L’auteure finit sur des retournements de situation, que ce soit la rebuffade de Barto, la prise de conscience et le "pétage de plomb" de Nerea ou la décision de Victor, qui nous laissent présager de bons moments dans le prochain tome.

Il y a une solution à tout sauf à la mort.

A l'époque, je croyais encore que si on aime quelqu'un, on ne peut pas lui faire de mal…

Et maintenant qu'octobre était arrivé, je savais que m'attendait un hiver glacial, parce qu'en tentant de mettre de l'ordre sur l'échiquier de ma vie, j'avais envoyé balader toutes les pièces. La partie d'échecs s'était muée en jeu de l'oie, où seul règne le hasard. Tu lances les dés parce que c'est ton tour, c'est la règle. Et tandis que, échouée dans la case "prison", j'attendais qu'on vienne à ma rescousse, […] avait repris le cours de sa vie, sa vie d'avant moi.


bottom of page