top of page
  • Photo du rédacteurClem

Abject - Morgane Rugraff

Abject

Auteur : Morgane Rugraff

Editeur : BLACK INK EDITIONS (17/09/2021)

462 pages

Résumé :

Malgré les années, Enzo Montalbano ne s’est jamais remis de la trahison de son amour de fac. Pour combler ses blessures et protéger ses failles, il a blindé son cœur et son mental derrière une haine sans borne pour les femmes. Trois règles : 1 : Pas d’attaches. 2 : Pas de sentiments. 3 : Pas de deuxième nuit. 3 bis : Ne jamais déroger aux règles 1, 2, et 3. 3 bis bis : Même si ça concerne cette comète aux cheveux bleus et son foutu défi ! Vices Noirceur Démons intérieurs Gardez toujours à l'esprit que le Connard est un être solitaire, déterminé et impitoyable. Mais peut-être plus fragile qu’il n’y paraît…


Avis :

Les frères Montalbano et moi c'est une longue histoire ! En effet, j'ai eu la grande chance de découvrir Double JE en tant que bêta lectrice. Pour moi, tout comme Lux, ça a toujours été H. A tel point que jamais je n'aurais pensé lire Abject, centré sur le personnage d'Enzo. A tel point que j'ai longtemps redouté de relire Double JE car je savais que l'autrice en avait modifié la fin. Pourtant, il y a quelques mois, je me suis lancée; j'ai découvert cette nouvelle fin qui, loin de me traumatiser, m'a donné envie de laisser sa chance à Enzo. Et c'est ainsi que je me retrouve aujourd'hui à vous parler d'Abject.

J'ai mis un certain temps à rentrer dans l'histoire, qui commence de la plus cash des manières. A laisser Enzo pénétrer mon esprit. Les premiers chapitres ne m'ont clairement pas aidée à le voir sous un jour favorable.

Morgane Rugraff nous offre un roman choral au cours duquel les principaux points de vue exprimés sont ceux d'Enzo et Sky, mais qui donne également la parole à Hugo, Lux ou encore Cameron (le frère de Sky). J'ai beaucoup aimé le fait de connaitre les sentiments d'Hugo et Lux vis à vis d'Enzo mais surtout, j'ai adoré découvrir le passé des deux frères. En effet, si dans Double Je on apprend que les jumeaux ont été détruits par un amour de Fac, nous avons droit, ici, à des extraits mettant en scène Enzo et la fille en question. Nous comprenons comment elle les a dupés, et surtout, l'impact que cela a eu sur les frères Montalbano, et particulièrement sur Enzo qui la considérait comme l'amour de sa vie.

Ce qui est bien avec Enzo, c'est qu'il a conscience d'être un connard. Il se complait dans ce rôle qui le protège, l'empêche de souffrir à nouveau, mais surtout, l'isole. Il joue au connard depuis si longtemps qu'il ne sait plus faire autrement. Enzo est un homme fracassé, au fond du trou, qui ne trouve aucune raison de s'en sortir. C'est un homme seul alors qu'il est sans cesse entouré de monde. Il s'est construit une carapace et ne laisse rien filtrer, donnant de lui une image faussée. Au fil des pages, je l'ai compris, je l'ai plaint aussi; seul dans son château, pouvant tout obtenir sauf l'essentiel, hanté par sa voix intérieure et les réminiscences de son passé. J'ai ressenti la moindre de ses souffrances. J'ai adoré le voir s'ouvrir (un peu) et espérer, au contact de Sky. Accepter petit à petit son passé et apprendre à s'aimer et aimer à nouveau.

Sky est une jeune-femme pour le moins originale et entière. Aussi têtue que peut l'être Enzo. Entre eux ça fait des étincelles, au risque de se brûler les ailes ! Et comme Morgane est une autrice sadique, of course que le feu se propage ! Of course que je me suis retrouver à me dire "p* de b* de m* mais non !!". J'ai été prise dans l'intensité de l'intrigue et des sentiments qui s'en échappent. J'ai enchaîné les chapitres, me demandant comment ils allaient pouvoir encore compliquer les choses, appréciant leurs joutes verbales, évaluant leur stratégie et guettant leurs failles. Ils étaient faits pour se rencontrer, il n'y a aucun doute (enfin, sauf peut-être pour eux).

Morgane Rugraff aborde plusieurs thème intéressants à travers Abject : la dépendance déjà, mais aussi le deuil amoureux, la solitude ou la comparaison homme / femme coureurs de jupons. Elle brosse des personnages qui fuient ou se cachent, chacun à leur manière, sans forcément le savoir; des personnages tout en nuances, qui ont perdu avant même que le jeu ne commence. Cerise sur le gâteau, on retrouve avec plaisir la petite bande de Double Je : Lux, Hugo, Ian et aussi Jud' ! - Damian est le grand absent - et, même s'ils sont assez peu présents (après tout, ce n'est pas leur histoire), ils sont toujours d'un soutien sans faille.

En bref, si ma lecture avait assez mal commencée, j'ai terminée Abject complétement séduite par absolument tout !

21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page