Morgane Rugraff

Hello les Readers,


Nous revoilà, nouvelle auteure à (re)découvrir. Il s'agit de Morgane Rugraff, dont Clem a été bêta lectrice. Révélée par les éditions Plume Blanche (en ce qui nous concerne dans tous les cas), elle s'est depuis diversifiée.

On espère vous donner envie de la lire ^^


Qui est Morgane ?

Morgane Rugraff est née en 1988 dans un petit coin de bord de mer. Fille unique, elle a toujours été élevée dans l’amour des livres et a très vite dévoré toutes les bibliothèques alentour.

Le goût de l’écriture lui est venu très tôt et elle a écrit son premier roman à quinze ans, pendant ses années d’internat. Ses univers sont vastes et elle aime faire voyager ses lecteurs autant dans la fantasy que dans l’époque médiévale, qu’elle affectionne tout particulièrement. D’ailleurs, si elle pouvait remonter le temps et choisir une époque à laquelle vivre, ce serait sans nul doute celle des chevaliers.Morgane est une grande rêveuse, qui a souvent la tête dans les étoiles. De nature, c’est une petite dormeuse et elle passe donc ses nuits à écrire, en compagnie d’une bonne tasse de thé et de son chat qui lui ouvre les portes de l’imaginaire.


FACEBOOK - INSTAGRAM



Questions / Réponses

Tu es actuellement publiée chez Plume Blanche (pour deux sagas fantastiques) et chez Black Ink (ton dernier roman, étant paru le mois dernier). Peux-tu nous expliquer comment tu as commencé à écrire, et ton parcours dans le monde de l’édition ?

Quand je repense à mon parcours, je sais que j’ai eu une chance incroyable ! J’ai commencé à l’époque, il y a de ça dix ans maintenant, à publier le premier tome de Ray Shepard sous forme de chapitres, sur un blog.

Un jour, une lectrice qui me suivait est venue me parler en privé en m’expliquant qu’elle faisait partie d’un comité de lecture d’une maison d’édition, aujourd’hui fermée, et qu’il fallait vraiment que je tente ma chance. Ce que j’ai fait. Ensuite, tout a été très vite !

Ray Shepard a connu sa première publication, jusqu’à son arrivée aux éditions Plume Blanche.

Le monde de l’édition est à la fois très vaste et très petit. Tout le monde se connait, on se retrouve en salon.

La première chose que je retiens réellement de cette expérience de folie, c’est que lorsqu’on a un rêve, on doit absolument s’y accrocher ! De bonnes choses finissent toujours par arriver !


As-tu ton mot à dire sur les couvertures de tes romans ?

Par chance, que ce soit chez Plume Blanche, ou chez Black Ink, j’ai toujours un œil sur mes couvertures.

Avec Marion, l’éditrice de Plume Blanche, nous discutons ensemble des couvertures. Souvent je donne mes idées, mes envies aussi, et Marion en a toujours tenu compte. Plume Blanche travaille avec de nombreux/ses illustrateurs/illustratrices et tous ont un style différent qui colle merveilleusement bien aux différents romans.

Chez Black Ink, j’ai également pu suivre l’évolution de ma couverture. Et elle est tellement canon !


Vis-tu de ton travail d’écrivain ou exerces-tu un autre métier en parallèle ?

J’adorerais vivre de ma passion pour l’écriture, je ne désespère pas d’y arriver un jour, mais j’ai un travail alimentaire à côté de ça. Je suis AESH dans un lycée depuis maintenant six ans. J’adore vraiment mon métier, qui me laisse énormément de temps pour écrire pendant les vacances scolaires.


Comment fais-tu pour conjuguer tes deux activités (car tu es aussi maman) ? Comment s’organisent tes journées et quel est ton moment de prédilection pour écrire ?

Pour mon fils, qui a maintenant 8 ans, mais qui me voit écrire depuis sa naissance, mon métier est d’écrire des livres. Je conjugue les deux, en privilégiant mon fils en journée, et l’écriture plutôt le soir, voire même carrément la nuit.

J’adore écrire la nuit, quand il n’y a plus aucun bruit et qu’il fait nuit noir dehors. Ҫa me plonge dans une ambiance bien plus productive. Je suis une nocturne.


Où puises-tu ton inspiration en général ? Comment es-tu passée de la fantasy à la romance?

Je ne sais pas vraiment d’où me viennent mes inspirations. Parfois, une simple musique, ou une image, entraîne directement toute une histoire. Un beau matin, je me suis réveillée avec la fin de Ray Shepard en tête, et j’ai tout écrit à partir de cette scène d’affrontement entre Ray et son frère aîné. Je n’avais que ça en tête, et j’ai construit le reste de l’histoire à l’envers.

Par contre, ne me demandez pas comment je suis passée de la fantasy à la romance, parce que je ne le sais pas moi-même. Je n’ai jamais lu, écrit, regardé de romance. Ce n’était, de base, clairement pas un genre que j’aime, que ce soit autant dans les livres qu’en film. J’ai toujours trouvé la romance « cucul », sans recul de ma part, car j’ai découvert qu’il existe de nombreux genres de romances.

Et puis, un jour les jumeaux Montalbano se sont incrustés dans un coin de ma tête, à une période où je devais finir le tome 2 de Lune Ardente, publié chez Plume Blanche. Hugo et Enzo ont fichu le bazar dans ma tête et j’ai été bien incapable de les mettre de côté.

Finalement, Double Je, publié chez Black Ink éditions, est devenu une évidence pour moi.


En tant que lectrice, est-ce les genres que tu as l’habitude de lire ?

En ce qui concerne la fantasy, oui bien-sûr ! Ma première découverte fantasy a été Le seigneur des anneaux et à partir de là, ça a été une grande histoire d’amour entre nous !

Pour la romance, vous l’aurez compris, ab-so-lu-ment pas !


Peux-tu nous parler un peu de tes univers (en quelques mots pour les présenter aux lecteurs)?

Alors là, on s’embarque dans un long voyage !

Dans la saga Ray Shepard, j’aborde un univers très urban-fantasy. Des grandes villes identiques aux nôtres, des alchimistes dont la seconde moitié d’âme se manifeste sous la forme d’un spectre animal. Fluide, duel, vengeance sont au rendez-vous.

Lune Ardente, ma saga à venir aux éditions Plume Blanche, est de la pure fantasy. Un continent divisé entre lune et soleil, entre banquises et déserts. On y monte des loups géants et des lions en armures, on se bat à l’épée, à l’arc, au corps à corps. Divinités du Ciel, guerres, prophétie…

En ce qui concerne Double Je, ma romance, c’est direction Huntington Beach en Californie ! Plage, surf, soleil et des jumeaux diaboliquement sexy !


Quel est ton processus d’écriture ? Connais-tu dès le début la fin, le fil rouge ? T’autorises-tu à faire évoluer l’histoire ou les personnages au fil de l’écriture ?

Je n’ai pas de processus d’écriture. Les idées vont et viennent comme bon leur semble. Je ne fais pas de plan, pas de pronostique. Je connais toujours le fil conducteur de mon histoire, mais jamais la fin, sauf pour Ray Shepard où j’ai commencé par celle-ci.

Mais bien souvent, les fins hypothétiques que j’ai en tête au début de l’histoire, changent radicalement. Je ne suis jamais sûre de rien, et souvent ce sont les personnages qui prennent le contrôle de leurs vies.

Pour l’exemple, dans la première version de Ray Shepard, le personnage de Kaily Black devait disparaitre à la fin du tome 1. Au final, il est devenu l’un des plus importants de la saga, celui qui a le plus évolué.


Est-ce que certains personnages sont inspirés de personnes réelles (de ton entourage ou autre)? Si oui, qui ?

Un seul personnage est réellement inspiré de quelqu’un que je connais. Il s’agit de Ray Shepard. Je sais, ça fait rêver ! 😊 (note de nous : mais trop !)


Si tu devais te comparer à un personnage de tes romans, lequel te ressemblerait le plus ?

Il y a un peu de moi dans chacun de mes personnages, alors c’est difficile de répondre à cette question.

Je dirais Lux bizarrement, l’héroïne de Double Je, qui est une jeune femme forte capable d’encaisser beaucoup de choses, et qui se relève toujours.


En parlant de personnages, quelle est ta relation avec eux ? Que ressens-tu lorsque tu termines un livre (ou une série) et que tu dois les laisser derrière ?

J’ai une relation très fusionnelle avec chacun de mes personnages. Je ressens leurs émotions comme si elles étaient les miennes, et souvent, les lecteurs-lectrices me disent qu’ils ont pleuré sur certaines scènes.

Je ne suis jamais triste de terminer un livre, parce que je sais que j’ai emmené mes personnages là où ils devaient se rendre, j’ai fait au mieux pour eux.

Mes personnages sont des amis, des proches, des confidents, des extensions de moi car tout ce qui leur arrive dépend de mon état-d ’esprit lorsque j’écris leur histoire.


As-tu une liste de sujets que tu ne souhaites pas aborder (un peu comme une blacklist) ou au contraire, tu t’autorises tout ?

De prime abord, je n’ai pas de blacklist, pas de sujet tabou. J’aborde certains thèmes durs, douloureux, voire même un peu immoraux notamment dans Double Je, mais je les écris toujours avec délicatesse.


Y-a-t-il un style d’histoire auquel tu ne t’es pas encore essayée mais que tu pourrais tenter d’écrire ?

Non. Je ne pense pas. Bon, j’avais déjà dit ça pour la romance et finalement j’ai écris Double Je. Mais là, honnêtement, je pense que non.

La fantasy est mon domaine de prédilection, et je prends également beaucoup de plaisir à écrire de la romance, mais au-delà de ça, je ne vois pas écrire dans un autre genre.


As-tu déjà envisagé d’écrire en collaboration avec un autre auteur ? Si tu devais le faire, que rechercherais-tu chez cet auteur ?

Auriez-vous un radar les filles ?

Il se trouve que je suis actuellement en train d’écrire un 4 mains avec une autre auteure !

Ce n’est pas toujours facile de concilier nos idées, notre façon d’écrire, les limites que l’on veut s’imposer ou non, mais c’est un réel plaisir d’écrire à deux.

Il faut que cet auteur ait autant de folie que moi, mais aussi qu’il contrebalance mon côté explosif. Quelques fois j’ai tendance à m’emballer un peu 😉

Je peux juste vous dire que ce projet 4 mains va être une superbe fantasy !

(note de nous : on a vraiment hâte de découvrir ça !)


Quel message veux-tu faire passe au lecteur avec tes romans ?

Lorsque j’écris, je ne le fais pas pour faire passer un message aux lecteurs. J’écris pour mon plaisir, mais aussi parce que c’est un besoin viscéral chez moi. Moi, je veux transmettre du plaisir, de l’évasion, de l’aventure, des sentiments. Je pense qu’ensuite, à la lecture, chacun peut y voir le message caché qu’il souhaite.


Combien mènes-tu de projets en parallèle ?

Actuellement, j’écris sur trois romans à la fois. Je suis incapable de me restreindre à un seul univers, une seule histoire… Impossible !


Quelles sont tes influences littéraires ?

Très vastes, ça va de Tolkien à Louise Cooper, en passant par Victor Dixen et James Dashner.


Musicales ?

Les musiques que j’écoute vont vraiment dépendre de mon humeur et de ce que je veux écrire.

En terme du musique j’écoute énormément Adrian von Ziegler, qui est pour moi un musicien absolument merveilleux !

Je puise aussi beaucoup de force dans les chansons du groupe FAUVE, notamment dans Blizzard, qu’on retrouve dans Double Je.


Ton auteur préféré ?

Sans conteste Tolkien. Jamais égalé pour moi.


Un roman que tu conseilles ?

Le maître du Temps, de Louise Cooper !


Ton dernier coup de cœur littéraire ?

Alors, franchement il date maintenant, mais il s’agit de la saga Jack Spark, écrit par Victor Dixen.


Pour finir, une annonce sur tes futurs projets à nous faire ?

J’écris actuellement deux spin-off de Double Je. Il s’agit donc de Sombre Je et Trouble Je, ainsi qu’un projet secret à 4 mains.

Mais je n’oublie pas Le Froid Noir, roman steampunk qui me trotte dans la tête depuis des années.


Portrait chinois



Si tu étais…


Un film – Le cercle des poètes disparus ou Matrix ! Oui, je sais c’est très très différent.

Un roman – Le seigneur des anneaux

Une actrice – Alors là…. Aucune idée ! Je n’ai pas assez de référence là-dedans.

Un animal –Un loup

Un objet inanimé –Un stylo plume

Un pays – Le Japon

Une couleur Noir

Un vêtement – Une robe en dentelle

Un sentiment – La persévérance

Une chanson – Blizzard, de Fauve

Une saison – L’été








Ses ouvrages

(dans l'ordre de parution)


Trilogie Ray Shepard - Plume Blanche

(d'abord publiée en trois tomes, l'intégrale est sortie le 01/07/2020)


Penngrad.

Un monde corrompu.

Celui dans lequel chaque habitant côtoie la seconde moitié de son âme : un spectre de fluide animal.

Cet univers, c’est celui de Ray Shepard, un alchimiste en quête de puissance, dont les pas sont guidés par la haine et la soif de vengeance.









Double je - Black Ink

(One-shot - 2 spin-off prévus)


Les jumeaux Hugo et Enzo Montalbano partagent tout, même les femmes.

Leur jeu préféré avec elles ? Ne faire qu’un, en devenant Matt.

Matt drague.

Matt baise.

Matt détruit des petits cœurs et pas que…

Cette vie de débauche et de vices aurait pu durer encore longtemps, si la jolie Lux, serveuse au Majestic, n’avait pas renversé ses verres sur Hugo ce soir-là.

Nouvelle proie. Nouveau Jeu. Matt est de retour.

Mais rien ne va se passer comme prévu.

Entre manipulation et sentiments naissants, les jumeaux diaboliques pourraient être pris à leur propre piège et leur lien se détruire.



Duologie Lune ardente - Plume Blanche

(tome 1 - novembre 2020, tome 2 - janvier 2021)


Depuis la nuit des temps, les Sombre-Lune et les Sang-de-Soleil sont des peuples ennemis. Les premiers, adulateurs de la Lune, vivent en Tsagaan, pays de glace et de neiges éternelles. Les seconds, adorateurs du Soleil, règnent en Ulaan, royaume de sable et de luxure.

Sur le point de perdre la guerre, Sioban Calypsa, princesse Tsagaanienne, pactise avec le roi Callaghan Huxley, son ennemi. Elle épousera son fils ainé, renoncera à son héritage de la Lune et deviendra une princesse bâtarde en embrassant la nation du Soleil pour protéger les siens.

Si la haine des princes héritiers à l’égard des Sombre-Lune, ne souffre d’aucune limite, le Soleil semble pourtant perdre de son influence sur ses enfants…

Posts récents

Voir tout