• Clem

Ce qui hante les bois - Dawn Kurtagich

Ce qui hante les bois

Auteur : Dawn Kurtagich

Éditeur : Editions du chat noir (01/04/2020)



Résumé :

Fuyant un père qui les maltraite, Silla et Nori arrivent à "La Baume", le manoir de leur tante, une vieille bâtisse couleur de sang. Pour la première fois, les deux sœurs se sentent enfin en sécurité. Mais peu à peu une sombre réalité se dévoile.… Le bois qui entoure la propriété n'est-il pas trop silencieux ? Tant de questions restent sans réponse : qui est cet homme que seule Nori peut voir ? Tante Cath n'est-elle pas en train de sombrer dans la folie ? Et pourquoi les arbres semblent-ils se rapprocher ?


Avis :

Wow, wow, wow, ce livre est complètement fou ! Dans tous les sens du terme. La folie suinte à travers les pages et s'insinue doucement en nous, et l'interprétation que nous devons faire de l'ensemble du récit nous laisse extatique.

Je ne vous mentirai pas, c'est sa couverture qui m'a attirée. Et puis ce résumé… Je vous avoue que je ne suis pas très "horreur" en général, mais je me suis laissée entrainer par la plume de l'auteure. Et, chose qui ne m'étais pas arrivé depuis un certain temps, je me suis couchée fort tard (ou plutôt tôt) tant j'étais prise par les mots, tant je redoutais ce que j'allais découvrir, et tant je voulais savoir.

Ce qui est hante les bois est à la fois beau et bien construit. Le texte est émaillé de notes, d'extraits, joue sur les polices (grasse, grosse, tombante…), et je me suis laissée prendre au jeu de retrouver des messages cachés. Si j'ai pu découvrir un texte dans le texte, il ne m'a été d'aucun secours pour prévoir ce qui arrivait réellement.

Depuis le début, et jusqu'à la fin, l'ambiance est oppressante, totalement prenante. On est obsédé par la Beaume et par Python Wood. Rien n'a de sens dans le récit de Silla, et pourtant, la tension monte, les questions sont toujours plus nombreuses et certaines phrases, répétées sans cesse, soulignent l'urgence de la situation. Quelque chose cloche.

Parfois, cela semble n'avoir ni queue ni tête. La folie je vous dis. Nous sommes pris dans une spirale intense, ballotés au gré des pensées de Silla, dans son combat contre elle-même pour sauver sa sœur. 

Et lorsque la réalité se dévoile enfin, apportant une réponse à toutes les graines semées par l'auteure, nous la contemplons, d'abord déformée, puis prenant sens peu à peu. Et cela clôture tellement bien cette histoire si particulière, qu'il y a de fortes chances pour qu'elle trotte encore un moment dans ma tête.

C'est un avis relativement court, dans lequel je ne parle véritablement ni des personnages ni de l'intrigue. Parce qu'ils forment un tout et qu'il est impossible de les dissocier et d'en parler séparément, mais aussi parce que je pense que Ce qui hante les bois est avant tout une histoire de sensations et de perception.




8 vues0 commentaire