top of page
  • Photo du rédacteurClem

The love hypothesis - Ali Hazelwood

The love hypothesis

Auteur : Ali Hazelwood Editeur : Hauteville (07/09/2022)

384 pages

Résumé : Olive Smith, étudiante en troisième année de thèse, ne croit pas aux relations durables ; Anh, sa meilleure amie si, raison pour laquelle Olive se trouve dans le pétrin. Afin de convaincre Anh qu'elle est heureuse en amour, Olive ne peut se contenter d'un simple mensonge : les scientifiques ont besoin de preuves. Comme tout biologiste qui se respecte, Olive panique et embrasse le premier homme qu'elle voit. Or cet homme n'est autre qu'Adam Carlsen, jeune professeur sexy et tyrannique à Stanford. Contre toute attente, Adam accepte de prétendre être son petit ami. Plus surprenant encore : il est parfait en tout point. Soudain, leur expérience est proche de la combustion, et Olive découvre que tester ses hypothèses sur l'amour peut s'avérer dangereux quand c'est son propre cœur qu'on met sous un microscope...

Avis :

Après trois lectures assez denses, aux univers foisonnants, j'ai débuté plusieurs livres sans arriver à rentrer dedans. The love hypothesis était dans ma liseuse depuis peu de temps et je me suis dit qu'une lecture un peu plus légère pourrait peut-être passer. Mission remplie puisque je l'ai lu en à peine deux jours.

C'est une romance très sympathique, pas sensationnelle non plus mais qui m'a fait passer un très chouette moment et qui a vraiment su m'accrocher. Alors oui, il y a des défauts, certaines tournures maladroites qui passent moyennement (notamment à l'hôtel), des faits assez prévisibles mais il y a aussi plein de scènes qui prêtent à sourires et d'autres qui font naître de petits papillons dans le ventre.

Les personnages principaux sont de vrais inadaptés sociaux, ce qui explique la grande naïveté d'Olive qui est bien plus à l'aise avec ses souris qu'avec ses pairs, et le manque d'assurance d'Adam qui, malgré son parcours brillant, n'est pas si sûr de lui que ça. L'un comme l'autre n'ont eu que très peu de relations amoureuses, c'est pourquoi The love hypothesis à des airs de romance adolescente malgré l'âge des protagonistes.

Au delà de la romance, c'est le combat des femmes pour être prises au sérieux dans un milieu presque 100% masculin, la rivalité qui existe entre les doctorants, les pratiques peu orthodoxes de certains et aussi, une histoire d'amitié et d'apparences.

J'ai beaucoup aimé le milieu universitaire, non pas sportif comme on peut beaucoup le voir, mais scientifique. L'organisation des chercheurs, les conférences qu'ils doivent donner, les demandes de financement pour poursuivre les différents projets, le temps qu'ils ne comptent pas… tout cet aspect est super intéressant, d'autant plus que l'auteure est elle-même issue de ce milieu et parle en connaissance de cause.

Les dialogues, et notamment les échanges entre Olive et Adam, jouent bien leur rôle, accrochant le lecteur et étant parfois à l'inverse des pensées des protagonistes (en tout cas d'Olive dont nous connaissons les véritables intentions). C'est vraiment mignon sans pour autant être mièvre et leur incapacité à voir ce qui est évident pour les autres, à savoir l'attrait qu'ils éprouvent l'un pour l'autre, est à la fois touchante et réaliste.

Ali Hazelwood mène avec succès son récit, n'épargnant aucune difficulté à Olive dont on retiendra l'appétit vorace et le goût des sucreries.

9 vues0 commentaire

Comments


bottom of page