top of page
  • Photo du rédacteurClem

Une toute dernière fois - Emma Green

Une toute dernière fois

Auteur : Emma Green

Editeur : EDITIONS ADDICTIVES (06/09/2018)

420 pages


Résumé : Ils ont passé leur vie à jouer. Mais cette fois, les règles ont changé. Trois ans plus tôt, June a tout quitté sans prévenir personne, emportant avec elle son plus terrible et plus précieux secret. Quand Harry la retrouve enfin, il découvre aussi le petit garçon qu’elle a eu de lui. Sans lui. Aujourd’hui, l’homme qu’elle aime encore a décidé de refaire sa vie. Déjà engagé auprès d’une autre, incapable de lui pardonner, Harry Quinn ne veut plus jouer. Pourtant, les deux écorchés qui s’aimaient tant vont devoir apprendre à se détester sans se quitter. Avec, entre eux, cet enfant qui les lie à tout jamais. Et cet amour infini qui a envie de crier « toujours ». Trahi, il s’est juré de ne jamais lui pardonner.


Avis :

J'ai découvert la première série des Jeux (Liv et Tristan) en 2018 et j'ai lu le premier tome de l'histoire de June et Harry il y a presque deux ans. Je vous avoue que je n'étais pas hyper emballée pour lire cette seconde duologie; la première série se suffisant à elle-même, je ne comprenais pas l'intérêt de revenir dessus plusieurs année après. Contre toute attente, j'ai retrouvé tous les ingrédients que j'aimais lorsque j'ai lu Jeux imprudents avec Auré. Pourtant, la fin, et surtout le résumé d'Une toute dernière fois, que j'avais parcouru à l'époque, ont repoussé ma lecture du dernier tome que j'ai, tout naturellement, lu en compagnie d'Auré.

Que de blabla pour introduire cette lecture me direz-vous ! Et qu'en est-il finalement ? Et bien, encore une fois, la plume d'Emma Green est plus qu'addictive et leur exploitation des personnages et de leurs failles plutôt réussie ! S'il est un peu dur de se remettre dans le bain après plusieurs années, l'essentiel revient vite : June a quitté Harry en découvrant sa grossesse car elle n'envisageait pas d'avorter et qu'Harry ne voulait en aucun cas entendre parler d'enfant. Elle a pris sa décision, du haut de ses 18 ans, avec son expérience plutôt chaotique, et maintenant elle doit assumer ! Harry va le lui faire payer, je vous le garantis ! Aucun problème, donc, pour suivre les péripéties de nos deux héros même si notre mémoire n'est pas très fraiche.

Si c'est le point de vue de June que nous découvrons la plupart du temps, nous avons aussi droit à quelques scènes dans la tête d'Harry. Cela nous permet de comprendre et d'appréhender un peu mieux la raison pour laquelle il repousse June contre tout bon sens.

On retrouve avec plaisir l'ambiance de Key West et les anciens personnages. Ceux qu'on a adoré, comme ceux qu'on a appris plaisir à détester. Personnellement, j'avoue avoir un petit penchant pour la loufoque et adorable Betty-Sue.

Emma Green ont un grand talent descriptif quand il s'agit de capter les réactions physiques d'Harry, à tel point qu'on aurait presque l'impression de le voir se matérialiser en face de nous. Et je confesse que le garçon est plutôt totalement craquant.

Alors oui, il y a des répétitions, il y a des redites, il y a des petits passages qui font presque lever les yeux au ciel et puis parfois, aussi, on a envie de les secouer tous les deux (Harry surtout), de leur dire "arrêtez vos bêtises une seconde" mais c'est bien connu, on ne peut pas aider quelqu'un qui ne désire pas d'aide. C'est un peu le problème d'Harry : on ne peut ouvrir à un aveugle, d'autant plus lorsqu'il est totalement buté ! Donc malgré tout ce qui peut paraitre cliché ou attendu, l'histoire globale fonctionne très bien et rend le lecteur addict. Il sait comment tout va se terminer, mais il ne sait pas quand, ni de quelle manière et il prend plaisir à voir June et Harry entrer en collision, se repousser et se retrouver à nouveau.

A travers Une toute dernière fois, les auteures abordent le sujet des enfants-mères et des préjugés qui peuvent leur coller à la peau; des hommes qui n'assument pas leur paternité et ceux qui, au contraire, sont surprenant dans ce rôle. C'est un délice de voir Harry devenir père, petit à petit, de le voir évoluer aux côtés de son fils, se laisser apprivoiser. Car finalement, la vedette de l'histoire ce serait plutôt ce petit garçon à l'air candide, autour duquel tout tourne. C'est d'ailleurs lui qui a poussé June a affronter son passé.

Des dialogues piquants, une ombre au tableau qui finira par se révéler dans toute sa splendeur, un peu de douceur et d'innocence et une June grandie (par son rôle de mère) et plus posée. Des mouvements tristes aussi. C'est que ce nous propose ce duo d'auteures incontournable pour clôturer cette saga dépaysante et diablement surprenante. Pour dire au revoir à ces deux personnages cabossés, qui ont toujours été là l'un pour l'autre.

" A la vie, à la mort.

Ensemble pour toujours. Tous les deux. Ce n'est pas un jeu."


Bien que… Tristan et Harry ont un petit frère alors qui sait, peut-être un jour nous ré-entraineront-elles à Key West, dans les pas d'Archie ?


Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page