• Clem

Une toute petite minute - Laurence Peyrin

Une toute petite minute

Auteur : Laurence Peyrin

Editeur : CALMANN-LÉVY (21/04/2021)

481 pages


Résumé :

Il a suffi d’une toute petite minute, et la vie de Madeline a basculé. C’était une nuit de 1995, elle avait 17 ans et fêtait la nouvelle année. Que s’est-il passé dans cette salle de bains où elle s’était enfermée avec sa meilleure amie ? Vingt ans après, Madeline sort de prison. Personne n’a jamais su la vérité sur le drame de cette fameuse nuit. Elle a effectué sa peine jusqu’au dernier jour. Comment reprendre le cours de cette vie interrompue ? Parler à des gens qui ne savent pas de quoi on est coupable ? Renouer avec une petite sœur qu’on n’a pas vue devenir adulte ? Vivre et y trouver un sens ? Mad va chercher le bon chemin, pas après pas, dans les dunes des Hamptons, dans les jardins des belles maisons qui l’embauchent, dans les précieux gestes d’entraide. Et grâce à sa mère, au-delà de ses mystères, grâce aussi à Ezra, le cuisinier qui ressemble à un pirate, peut-être Madeline acceptera-t-elle un jour qu’on puisse l’aimer quand même…


Avis :

Une toute petite minute. Un titre et une couverture que j'ai beaucoup vu passer. Un roman dont j'ai entendu beaucoup de bien et dans lequel je me suis plongée sans réellement savoir de quoi il parlait. Un roman avec lequel j'ai eu des débuts difficiles et qui, au fil des charmes, à réussi à me charmer.

L'auteure nous entraine, le temps d'une narration à double temporalité, dans l'univers carcéral américain et sur le chemin de la rédemption. Les chapitres impairs, du jour où tout à basculé, égrainant les années de détention, les chapitres impairs, de la sortie de Madeline, sur les traces de sa réinsertion; jusqu'à ce que les lignes se rejoignent et que la boucle soit bouclée.

Les premiers chapitres m'ont clairement déstabilisée; le ton employé, le tempérament de Madeline et le langage assez familier. Comme les autres personnages, je me suis demandée pourquoi elle avait ce qu'elle avait fait, je n'ai pas admis sa réaction, j'avais BESOIN de comprendre. Parce que, soyons clairs, un meurtre est rarement compréhensible.

Et puis, au fil des mots, au fil de ce caractère qui s'affirme et ne dévie pas, de cette jeune-fille qui grandit et cherche à accepter ou, en tout cas, à faire pénitence, on se laisse happer, on apprend à l'aimer. Au fil des pages, on fait connaissance avec les "dommages collatéraux", la famille de Madeline; on découvre l'intérieur d'une prison pour femme, des personnages inspirés de la réalité : braqueuses, infanticides, meurtrière… Et au milieu de tous, Madeline qui trace son chemin, sans cesser, jamais, de penser à son étoile, celle qu'elle a fait chuter : Estrella.

Lorsque Madeline quitte les quatre murs de sa prison, elle doit, à nouveau se confronter à la vie. Elle redécouvre le monde qu'une enfant de 17 ans a quitté, en adulte de 38 ans. Il faut se réadapter, accepter, se pardonner.

Une toute petite minute parle des non-dits, des écarts de compréhension, de la façon dont on perçoit les gens et des intentions qu'on leur porte. Il parle de ces petits instants, d'à peine quelques instants, qui peuvent changer le cours d'une vie. Et il parle aussi de rédemption, de pardon et de bonheur.

Le fait que Laurence Peyrin ait documenté son roman avec l'expérience carcérale du correspondant de sa fille et en s'inspirant de détenues célèbres, ajoute à l'authenticité du récit.

Un très beau roman plein de résilience.




9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout