• Collectif

Vania Prates


Hello les Readers,

On poursuit notre rubrique interview avec l'adorable Vania PRATES, qui a gentiment accepté de répondre à nos questions.

Cliquez sur les couvertures des livres pour retrouver nos avis.


Qui est Vania ?

Vania Isabelle Prates est née dans le sud et a longtemps cherché sa voie, jusqu’à ce qu’un soir de pleine lune, son esprit se mette à voyager dans l’imaginaire. Plus qu’une passion, l’écriture est devenue un besoin. Le besoin de mettre par écrit ses idées et rêves livresques. C’est désormais un style de vie. Le genre de vie où on reste scotché des heures durant à un ordinateur, à construire un autre monde, parfois (souvent) plus mirobolant que le vrai, à créer de nouvelles vies, à envisager des situations, à préserver l’imagination et à faire rêver les gens. Elle est l’une de ces auteures qui n’a pas de genre prédéfini. Elle va là où son instinct la mène, se laissant guider par son imagination. La liberté étant sa philosophie de vie, elle devient vite une fervente lectrice de romans mettant en scène des héroïnes fortes et indépendantes, se servant de la voix de grands écrivains comme d’une inspiration.

Elle compte à son actif 6 romans chez Rebelle Editions, 1 aux Editions Charleston qui est récemment sorti chez Pocket et une future publication chez SnagFiction.


FACEBOOK - INSTAGRAM


Questions / Réponses

Nous t’avons découvert avec tes premiers romans publiés chez Rebelle Edition. Depuis, ta bibliographie s’est largement étoffée, peux-tu nous en dire plus sur ton parcours ? Comment et pourquoi as-tu commencé à écrire ? Comment c’est passé ta première publication ? et les autres par la suite ? le choix des éditeurs ? le changement de nom (de V.I Prates à Vania Prates) ?

Whouah, ça en fait des questions d’un coup lol. Alors, mon parcours… J’imagine qu’il ressemble pas mal à celui de beaucoup d’auteurs. On commence en bas de l’échelle et on monte petit à petit, comme on peut, parfois de traviole, parfois en loupant des marches, mais toujours en s’accrochant. J’ai eu la chance d’être repérée par Astrid, de chez Rebelle Editions en 2013. J’étais tellement ravie… Par contre, elle a mis ma patience à rude épreuve, car il y avait 2 ans d’attente avant publication. Ça a été difficile, mais ça m’a redonné confiance en moi et j’ai repris l’écriture. Lorsque "Journal d’une tueuse" est sorti en 2015, j’avais déjà écrit "Comme l’Obsidienne", il était prêt !

Comment et pourquoi j’ai commencé à écrire ? Par passion, tout simplement. La passion des mots, des livres, des histoires et de ce qu’elles nous font ressentir. J’ai eu envie de raconter les miennes. Je m’attendais pas du tout à ce que ça prenne autant d’ampleur, j’avoue. Je m’étais dit que si j’arrivais à en éditer un, mon rêve serait accompli. Mais on n’arrête pas une passion. J’ai besoin d’écrire, j’en aurai toujours besoin.

Par la suite, "Comme l’Obsidienne" a été très bien accueilli et est sorti chez France Loisirs, ce qui a un peu élargi mon lectorat. Entre-temps, j’ai participé au Prix du Livre Romantique organisé par les Editions Charleston (un éditeur que j’admire depuis sa création) et j’ai eu la chance d’être repérée à nouveau. ça a été une nouvelle aventure. "Terre d’Ombre" a suivi chez Rebelle Editions, puis à nouveau "Fille de Bohème" chez Pocket. C’est un tourbillon de bonheur ! Je ne pouvais rêver mieux.

Le changement de nom s’est fait naturellement. Charleston tenait à ce que je garde Vania Prates, plutôt que les initiales, et Rebelle Editions a suivi le mouvement.


As-tu ton mot à dire sur les couvertures de tes romans ?

Ça dépend des éditeurs. Avec Rebelle, oui, toujours ! On nous demande quel genre de couverture on imagine et on essaie de travailler dessus ensemble. Charleston, on m’a également demandé ce que je verrais comme visuel, mais je leur ai laissé carte blanche. Pour ce qui est des autres, France Loisirs et Pocket, non, je n’ai pas eu le choix, ce sont eux qui choisissent.


Vis-tu de ton travail d’écrivain ou exerces-tu un autre métier en parallèle ?

Non, je ne vis pas de mon travail d’écrivain. C’est très compliqué d’en vivre, mais c’est un autre débat lol. Je travaille comme correctrice en parallèle. Je bosse sur des manuscrits et j’adore ça. Travailler avec d’autres auteurs, parler avec eux de leurs romans, c’est très enrichissant.


Comment s’organisent tes journées ? Quel est ton moment de prédilection pour écrire ?

Mes journées sont toutes différentes. Je fais en sorte qu’elles le soient. Je n’aime pas que les jours se ressemblent. Quant à mes tâches, j’alterne, ça me permet de rester concentrée et productive. Si je reste trop longtemps fixée sur la même chose, je perds mon enthousiasme et je me mets en pilote automatique, je n’aime pas ça. J’ai besoin d’être vraiment dans l’instant présent pour être sûre que je fais bien mon travail, que ce soit en tant que correctrice ou écrivain. J’écris toujours le soir, jusqu’à tard, très tard parfois. Il m’est arrivé d’écrire jusqu’à 4h30 du matin, voire 5h. C’est le moment que je préfère ; le calme complet, c’est apaisant.


Où puisses-tu ton inspiration en général (pour les écorcheurs plus particulièrement qui ont beaucoup perturbé Nadge) ?

Lol Désolée pour Nadège, mais pour moi, le fantasy doit avoir une part sombre, pour que la lumière en ressorte plus facilement. Mon imagination est là depuis toujours, depuis que je suis petite. Je dévorais les dessins animés, les mangas, les livres, les BD… Tout ça a dû rester enfoui quelque part en moi et s’est manifesté à l’âge adulte. Les idées surgissent parfois sans que je sache vraiment comment. J’ai juste à prendre un papier et un crayon et à noter l’idée.


Quel est ton processus d’écriture ? Connais-tu dès le début la fin, le fil rouge ? T’autorises-tu à faire évoluer l’histoire ou les personnages au fil de l’écriture ?

Quand j’ai une idée, je la développe toujours au maximum. J’écris une sorte de scénario avec l’intrigue principale, les personnages, les points forts, ce que je souhaite mettre en évidence, les passages importants. Mais ça reste un brouillon que j’étoffe à mesure que j’écris. La trame principale reste la plupart du temps, mais mes personnages évoluent, changent pendant que j’écris. Ils me surprennent moi-même parfois. Il arrive que je m’attache à un personnage secondaire et que je décide de le mettre plus en avant, ou que l’un d’eux devienne soudain plus sombre que ce que j’avais prévu au départ. Je me laisse porter par eux. C’est juste l’histoire qui s’écrit.


Est-ce que certains personnages sont inspirés de personnes réelles (de ton entourage ou autre) ? Si oui, qui ?

Non, aucun. Chaque personnage est totalement imaginaire. Je le crée à partir de mon imagination.


Si tu devais te comparer à un personnage de tes romans, lequel te ressemblerait le plus ?

Difficile de répondre. Chaque héroïne a quelque chose qui me ressemble. L’humour sarcastique de Débée dans "Journal d’une tueuse", la patience et la réflexion de Lake dans "Terre d’Ombre", l’empathie de Faye dans "Empathie"… Elles ont toutes un peu de moi.


En parlant de personnages, quelle est ta relation avec eux ? Que ressens-tu lorsque tu termines un livre (ou une série) et que tu dois les laisser derrière ?

Je vis une aventure à chaque livre que j’écris. Les personnages deviennent mes compagnons de route. Ils vivent avec moi dans mon quotidien, ils dorment avec moi la nuit, ils me parlent durant la journée. Pendant l’élaboration du livre, ils sont toujours là. Quand je le termine, j’ai un pincement au cœur. Toujours. Mais je sais que je peux les retrouver quand je veux. Il suffit de rouvrir le livre, ils seront là à m’attendre.


As-tu une liste de sujets que tu ne souhaites pas aborder (un peu comme une blacklist) ou au contraire, tu t’autorises tout ?

J’y ai jamais pensé. J’ai plutôt une liste de sujets que je souhaite aborder. C’est sur eux que je me concentre en priorité. Je n’écris que sur des sujets qui me fascinent.


Tu écris un peu dans tous les genres, selon toi, quel est le point commun entre tes romans ?

La solidarité. C’est ce qui les lie, je pense. Dans chacun d’entre eux, j’établis une relation de confiance entre deux ou plusieurs personnages. Une confiance inébranlable, que ce soit de l’amitié, de la passion ou de l’amour, je tiens toujours à montrer ce qu’il y a de meilleur dans l’être humain. La compassion, la tendresse, l’entraide, le sacrifice… ça s’oublie de nos jours.


Y-a-t-il un style d’histoire auquel tu ne t’es pas encore essayée mais que tu pourrais tenter d’écrire ?

Le roman historique. J’y pense. Il est dans un petit coin de ma tête, mais pas prêt d’être écrit, malheureusement. Sur la liste de romans à écrire, à l’heure actuelle, il est en quatrième position.


As-tu déjà envisagé d’écrire en collaboration avec un autre auteur ? Si tu devais le faire, que rechercherais-tu chez cet auteur ?

Non, je n’ai jamais envisagé de le faire, et je ne pense pas que j’en serais capable. Je pense que chaque auteur a un style propre. Chaque plume est différente. Et j’ai besoin de m’imprégner totalement de mon univers et de mes personnages pour réussir à écrire. Si je devais incorporer un autre point de vue à mon histoire, je pense que ça me brouillerait un peu l’esprit.


Quel message veux-tu faire passe au lecteur avec tes romans ?

Je veux leur faire ressentir des émotions sincères, qu’ils passent un bon moment, qu’ils s’évadent de leur quotidien. C’est tout l’intérêt d’un bon roman, non ?


Tes influences littéraires ?

J.K. Rowling, évidemment. C’est mon idole. Mais j’ai aussi été influencée par de grands noms d’écrivains de fantasy comme Jacqueline Carey (Kushiel), Joe Abercrombie (Servir froid), Raymond E. Feist (Fille de l’empire)… et tant d’autres.


Un roman que tu conseilles ?

Kushiel, pour les fans de fantasy.


Ton dernier coup de cœur littéraire ?

"Six of Crows" de Leigh Bardugo


Ton auteur préféré ?

J.K. Rowling (je radote).


Tu sors un nouveau livre (chez un nouvel éditeur – on peut en parler, il est sur amazon ;) la couverture a été dévoilée depuis et elle est sublime). Peux-tu nous en dire un mot ?

Je peux vous dire qu’il s’agit d’un nouveau genre de fantasy utopique. Un univers où l’on aimerait vivre, où le lecteur se sent bien. J’ai, en tout cas, tout fait pour.


De nombreux autres projets en perspective ?

Des projets oui, mais qui doivent encore être écrits. Ce ne sera donc pas pour tout de suite. Je vais me concentrer sur mon nouveau bébé, "La cité des chimères" pour le moment. On verra pour la suite ;).


Portrait chinois


Si tu étais…

Un film - Ladyhawke

Un roman - Le pacte des marchombres

Une actrice - Emma Watson

Un animal - Un ours

Un objet inanimé - Un livre

Un pays - L'île de Bali

Une couleur - Violet

Un vêtement - Un kimono

Un sentiment - Passionnée

Une chanson - « Résistance » de Muse



Ses ouvrages


« — … tu es une tueuse, Débée, c’est tout ce que tu es.

— C’est tout ce que je suis… »

Journal d'une tueuse - one shot

Entraînée depuis l’âge de douze ans, je suis la tueuse à gages parfaite. Aucune émotion, aucun lien, aucune attache. On me présente une cible et j’exécute, sans me poser de questions. Je pensais avoir un contrôle total sur ma vie, seulement le jour où je suis tombée sur des rapports tenus secrets, j’ai découvert que l’organisation qui m’embauchait, ainsi que mon mentor, me cachaient la vérité. L’excellence a un prix, finalement. Mais plus je cherche des réponses, plus les questions se multiplient. Et pour ne rien arranger, ma nouvelle cible, Shane Del Moro, est des plus coriaces.

Je suis venue lui apporter la mort, en retour, il va me montrer ce qu’est la vie…


Comme l'obsidienne - one shot

Je ne suis personne. Juste une âme perdue qui se réveille au milieu de nulle part, sans souvenirs, sans nom et sans passé. La seule chose qui me relie au monde, c’est ce signe d’appartenance à la cité d’Héraklion. Une cité parfaite où le vice, le mensonge, le crime n’existent pas et où les étrangers ne sont pas admis. La question qui m’obsède à présent, c’est pourquoi j’en ai été bannie ? J’ai besoin de connaître la vérité sur mon histoire, ainsi que sur mes actes. Et pour cela, je n’ai qu’une solution : me soumettre aux sept épreuves qui sont imposées à quiconque souhaite pénétrer dans la cité. Un pari risqué. Un pari mortel. Si je réussis, je serai à nouveau admise parmi eux, au risque d’être reconnue. Si j’échoue, j’en mourrai.



Terre d'Ombre - Série en 3 tomes

« Personne ne peut se vanter de l’avoir vraiment connue, même pas moi. Elle était comme le vent, impossible à attraper, impossible à apprivoiser. Sa présence, à elle-seule, suffisait à faire taire tout un bataillon, à mettre à genoux le plus fier des généraux. Ce ne sont pas des paroles en l’air, je l’ai vue faire… Constamment persécutée, elle devait écourter ses apparitions au maximum. C’est ce qui a créé ces rumeurs ; celles qui disent qu’elle n’était qu’une ombre. Elle l’était, oui, mais parce qu’elle n’avait pas le choix… »

Le jour même de son mariage, Lake voit toute sa vie s’écrouler. Elle n’est pas comme tout le monde. Il y a bien quelque chose qui grandit en elle, qui s’installe, qui la tiraille. Obligée de s’exiler à Ceslaw, la grande cité de Terre Alpha, après un terrible événement, Lake ne devra pas seulement faire face à son terrible secret, mais aussi à des complots politiques, à des traîtres insoupçonnés, au plus fin des manipulateurs et à la plus ancienne des vérités. La vie et la mort se retrouvent étroitement liés.


Empathie

Série prévue en 2 tomes (non terminée)


Pourvue d’une empathie surdéveloppée, Faye doit utiliser son don afin de démanteler un réseau de cambrioleurs. Elle devra faire équipe avec Adrian, mais ce dernier semble bien plus intéressé par une autre affaire, vieille de plusieurs siècles.




Fille de bohème - one shot


Mélissandre a tout ce qu'elle désire dans la vie : un emploi qui fonctionne, le fiancé parfait, l'appartement de ses rêves. Son avenir est, selon elle, d'ores et déjà tracé. Mais un soir, lors de l'enterrement de vie de jeune fille de sa meilleure amie, une étrange femme va la mettre au défi de tenter l'expérience de l'hypnose et sa vie va s'en trouver complètement chamboulée.

Revivant, en songe, la vie aussi dangereuse qu'exaltante d'Eveline, bohémienne de la cour des miracles, Mélissandre commencera à perdre pied. Qui est cette fille qui la fait revivre des souvenirs d'une vie lointaine, vécue à une autre époque ? Et pourquoi cela semble-t-il avoir un tel impact sur elle ?

Et qui est le mystérieux Cam, qui intervient dans ses rêves, et qui ressemble étrangement au beau Ric, que Méli rencontre à Montmartre ?


Posts récents

Voir tout