• Clem

Cellule 24 - Maxime Gillio

Cellule 24

Auteur : Maxime Gillio

Éditeur : AUZOU EDITIONS (01/10/2021)

331 pages


Résumé : Au début, je croyais qu'il s'agissait d'une mission comme les autres. Intégrer un collège avec un autre agent (la très agaçante Juliette), et retrouver un prof d'histoire-géo qui s'est volatilisé du jour au lendemain, sans laisser aucune trace. Une disparition mystérieuse, dans un collège chargé d'énigmes et de dangers, c'est plus kiffant qu'un cours de techno à mourir d'ennui ! Notre couverture : un frère et une sœur, tout ce qu'il y a de plus normal. Jusque-là, tout va bien. Enfin, jusqu'à ce que tout parte en vrille, et que la mission nous échappe complètement…

Avis :

Un nouveau Maxime Gillio jeunesse ? avec mes petits fans de Super-Héros Origine, je ne pouvais pas passer à côté ! Assez difficile de se le procurer mais l'attente en valait la chandelle ! En effet, le livre est vraiment beau visuellement: format d'un roman broché, couverture semi-rigide avec le dos arrondi, extérieur des pages de couleur bleue marine et illustrations entre chaque chapitre. Pour le petit côté fun et ludique, l'auteur a inséré des pages du Manuel de survie à usage des agents de la Cellule 24; chaque extrait introduit le chapitre à venir et prodigue un conseil à l'ado espion.

Pour moi, ça a été un coup de cœur; c'est drôle, c'est prenant et je me suis éclatée à faire la lecture à voix haute à mon fils de 9 ans, parfois ma fille de 6 ans. Le récit est porté par la voix de Matthieu, un collégien (enfin ça c'est sa couverture) presque comme les autres ! Matthieu a un nom de code, que je ne vous révèlerai pas (parce qu'il n'est pas dans le résumé et qu'il est quand même très drôle), un agent de liaison qui ressemble à un vieux pruneau (et c'est lui qui le dit), une fausse sœur jumelle, des capacités hors du commun (pour un enfant de son âge) et surtout un humour décapant ! C'est brut de décoffrage, il se confie comme il parle, en langage jeuns (que je n'ai pas toujours été en mesure de décoder - aïe, ça fait de moi une has been) et ça donne un sacré rythme au récit.

Grâce aux extraits du Manuel et aux pensées de Matthieu, nous découvrons peu à peu le fonctionnement de la Cellule 24, qui est pensé dans ses moindres détails. Personne ne connaît son existence, pas même le gouvernement ! Matthieu, en parfait petit espion modèle, applique à la lettre toutes les règles et préceptes qui lui ont été inculqués et se trouve fortement déstabilisé par le comportement de sa coéquipière qui semble n'en faire qu'à sa tête : vous la sentez la frustration là ? Alors que vous devez faire profil bas, et ainsi cacher vos capacités, l'autre les étale sans état d'âme. Climat un peu tendu dans ce, on l'espère fort ici, premier tome où les différents protagonistes se font des cachotteries malgré la confiance prônée… quel suspens ! J'ai beaucoup aimé voir les personnages remettre en question leur façon de faire ou de voir les choses au contact des autres et de leurs découvertes.

L'autre côté très cool dans ce roman, c'est la panoplie qui accompagne tout super héro digne de ce nom et… qu'on se le dise : Q n'a qu'à bien se tenir car Maxime Gillio nous invente des gadgets de fou !

Si vous m'avez lue jusque là, je pense que vous avez compris à quel point Cellule 24 m'a séduite !


Et du côté de la jeunesse (parce que oui, on l'a bien compris, je suis passée de l'autre côté) me direz-vous ? Attention, c'est un avis un peu spoilant:

Lucien a trouvé Cellule 24 extrêmement super bien ! Il a rit dans de nombreuses situations, notamment lorsque Brocoli se coince dans un arbre ou que Matthieu se retrouve pendu pas les pieds. Il a beaucoup aimé Brocoli parce qu'elle râle tout le temps et eu un tout petit peu peur quand l'établi se baisse, parce qu'il pensait découvrir un cercueil. Il a adoré les membre de l'équipe d'espionnage et beaucoup apprécié le côté historique du récit (il me cite même encore Otton III qu'il n'a pas va à l'école contrairement à Charlemagne qu'il est en train d'étudier).

Il adorerait pouvoir découvrir 155 nouvelles aventures de Matthieu et Juliette. Ne me demandez pas pourquoi 155, mais Maxime Gillio a du travail sur la planche !

Côté photo, grâce à son excellente mémoire, nous avons pu réaliser notre cascade sur un mur en brique (il m'a bien précisé c'était en briques car Matthieu disait que c'était trop facile à monter) et bénéficier de la technologie de la Cellule 24 avec des habits qui tiennent au corps afin que, même la tête en bas, le haut du corps puisse reste au chaud !

32 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout