• Clem

De soleil et de sang - Jérôme Loubry

De soleil et de sang

Auteur : Jérôme Loubry Éditeur : CALMANN-LÉVY (02/09/2020)

396 pages


Résumé :

Dans ce quartier chic de Port-au-Prince s’élèvent de belles demeures de pierre entourées de palmiers, de flamboyants et d’arbres orchidées. C’est là que, pour la deuxième fois en une semaine, un couple est retrouvé assassiné dans sa chambre. Deux corps mutilés gisant au pied du lit conjugal. La presse titre déjà sur une série de "crimes vaudous". Pourtant l’inspecteur Simon Bélage refuse de tomber dans la superstition. Sur cette île, la corruption et le trafic d’enfants font plus de ravages que le terrible Baron Samedi, le dieu des morts. Simon sait avec certitude que ces crimes sont l’œuvre d’un être de chair et de sang. Et tous les indices convergent vers un orphelinat fermé depuis près de vingt ans, surnommé la "Tombe joyeuse". Mais Simon devrait prendre garde. En Haïti, ignorer les avertissements des esprits, qu’ils soient vrais ou faux, peut se révéler dangereux…


Et qu'est ce qu'un mensonge si ce n'est une petite boite dans laquelle on glisse une vérité que l'on ne souhaite pas affronter ?

Avis :

De soleil et de sang est mon troisième Jérôme Loubry et, c'est à l'aveugle que je m'y suis plongée. En effet, j'ai sélectionné ce titre sur simple nom de l'auteur lors de la dernière masse critique Babelio. Je vous conseillerai de faire de même car, alors que je découvre le résumé, je me rends compte qu'il en dévoile beaucoup trop.

J'ai eu un peu de mal à me glisser dans l'histoire, les premiers chapitres étant denses et plutôt macabres; pourtant, l'auteur confirme à nouveau son talent de conteur car, au fil des pages, il a su m'embarquer dans ce nouveau voyage en terre Haïtienne, où plane le vaudou.

Si l'on retrouve la même construction que dans les deux romans que j'ai déjà lu : une alternance de chapitres passé / présent, entrecoupés par des interludes mystérieux, nous sommes face à une intrigue totalement différente, encore une fois. Ce livre est glaçant; les conditions de vie en Haïti, ainsi que les termes employés pour parler des enfants sont parfois choquants, surtout de mon point de vue d'occidentale, mais ce qui est le plus inquiétant, ce que l'on ne sait pas réellement où s'arrête la réalité, et où commence la fiction. Jérôme Loubry introduit d'ailleurs son récit par les mots suivants : "Une part de ce récit n'est que pure fiction. L'autre part est réelle et toujours d'actualité. C'est la plus tragique."

Nous sommes donc sur une double narration; en Haïti, peu de temps avant le tremblement de terre de 2010, et en France en 2009; puis, de nouveau en Haïti dans les années 1980. Nous suivons un inspecteur Haïtien, Simon, que les expériences de vie ont amené à rejeter le vaudou, pourtant ancré dans les croyances populaires, et reconnu comme l'une des principales religions. Un homme intègre qui se bat, à hauteur de ses moyens, pour faire régner la justice dans un monde de corruption. Il est entouré de son jeune coéquipier, Manus, et de sa fille, Rachelle, engagée auprès d'une association humanitaire pour aider les orphelins du pays. Jérôme Loubry nous immerge dans la vie de Simon, nous faisons corps avec lui, dans les épreuves qu'il a traversé et dans la tourmente qui le saisit alors que les corps s'accumulent.

De l'autre côté, nous assistons à la rencontre de Vincent, un jeune français, et de sa future femme, Méline. Alors que les pages se tournent, nous cherchons quel peut être le lien entre ces deux histoires.

De soleil et de sang est totalement immersif, plus que des personnages, c'est un pays que nous découvrons, une culture et une religion. Le vaudouisme, avec ses dieux, ses prêtres et tout son folklore. Pour moi, lorsque j'entendais parler de vaudou, je pensais aux poupées de paille que l'on pique avec des aiguilles pour se venger de quelqu'un par exemple; c'est donc avec une grande curiosité que j'ai élargi ma vision de cette religion qui peut, tendre vers la sorcellerie selon l'usage que l'on en fait.

Jérôme Loubry met plus d'une fois en avant la folie des hommes dans ce roman; la folie, mais aussi la lâcheté, le fait de se retrouver embrigadé dans quelque chose qui nous dépasse, nous révulse, peut-être, au départ, mais d'y prendre tout de même part, par peur de ce qu'il peut nous arriver. De soleil et de sang est extrêmement bien construit; j'ai d'ailleurs reparcouru quelques passages en particulier, une fois que le pot aux roses est dévoilé, une fois que l'on sait ce qu'il s'est réellement passé. Entraînée dans cette chasse au meurtrier, en franchissant le seuil de cette demeure maudite, j'ai subitement entendu un plom, lorsque mon esprit a compris quel homme se dressait réellement devant moi. Un coup de massue, que je n'ai vu venir que quelques pages en amont.

Une écriture dense, visuelle, violente, aux accents de réalisme (et de réalité), qui nous conduit à découvrir une histoire dont on n'est pas sûr de pouvoir se remettre.


Pourquoi ? Pourquoi les croyances rendent-elles les hommes fous, même les plus courageux ? Pourquoi les poussent-elles à empoisonner celles qu'ils souhaitent tant aimer ?

Posts récents

Voir tout